Amine Esseghir / TC Media Wiliam Moughrabi brigue Ahuntsic-Cartierville, une circonscription nouvelle composée apparemment d'une base souverainiste d'une part et d'un fief libéral d'autre part.

Wiliam Moughrabi, 30 ans, directeur d’un magasin d’une enseigne de la grande distribution est convaincu qu’il a autant de chances de remporter la circonscription d’Ahuntsic-Cartierville cet automne que n’importe quel autre candidat. Il se présente au nom du Parti conservateur. «Ce ne sera pas un comté facile pour personne, avance-t-il. Lors des dernières élections, c’était le dernier dont on a connu les résultats. Maria Mourani est passée avec une toute petite majorité.»

Cette particularité est accentuée alors que le nouveau découpage a complètement redistribué les cartes selon lui. Investi depuis l’automne dernier, il a commencé récemment à mobiliser ses soutiens et sympathisants. «J’ai maintenant une directrice de campagne, souligne-t-il. Nous allons commencer à expliquer aux gens qui nous sommes et surtout me faire connaître.

Ce jeune homme d’origine syrienne est arrivé à Montréal quand il avait quatre ans. Il connaît aussi très bien le quartier pour y travailler actuellement mais aussi parce qu’il y a fait une partie de ses études. «Après mon secondaire, j’étais au collège Ahuntsic. Mes parents également résident toujours dans le quartier.»

Un bilan à défendre
Même s’il est jeune, il soutient qu’il est en politique depuis une dizaine d’années, œuvrant comme bénévole pour son parti. Pour ce qui est de ses arguments, il se fonde beaucoup sur le bilan de son parti. «Nous avons des résultats à défendre, soutient-il. Nous sommes le parti au pouvoir et nous comptons le demeurer.» Pour lui, les réalisations du gouvernement Harper plaident pour que les gens accordent encore une fois leur confiance aux conservateurs.

Des candidats et des explications
«La députée sortante Maria Mourani, élue comme souverainiste devra justifier ses conversions. Non seulement elle a changé de parti, ce qui est normal en politique, mais elle est carrément passée de souverainiste à fédéraliste», observe-t-il. Mélanie Joly, qui s’attend à gagner la bataille de l’investiture au PLC devra, selon le candidat conservateur, également s’expliquer. «Elle semble se chercher un emploi. Qu’est-ce qu’elle fera si elle n’est pas élue? Elle reviendra aux affaires ou bien elle va se chercher une place au provincial après avoir promis de rester au municipal», s’interroge-t-il.

Sécurité et liberté
Alors que le Parti conservateur, qui s’apprête à présenter sa loi C-51, est critiqué de toutes parts pour ses intentions liberticides au nom de la protection de la sécurité, M. Moughrabi a une explication très simple. «Les citoyens qui n’ont rien à se reprocher n’ont pas à craindre cette loi. Quand on a eu les deux événements tragiques de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa, les deux personnes impliquées étaient connues des services de sécurité. Si on avait alors une telle loi, on les aurait arrêtés avant qu’ils ne commettent leurs méfaits.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!