Metro Jean Doré a été maire de Montréal de 1986 à 1994.

Militant du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM) et conseiller municipale à Ahuntsic de 1986 à 1994, Pierre Lachapelle se souvient de Jean Doré comme un élu intègre.

Adhérent à la même formation politique que M. Doré, M. Lachapelle devait le rencontrer au moins une fois par mois. Parfois, il pouvait le côtoyer plus longtemps.

«C’était un homme très accessible et un élu intègre», observe-t-il.

«Je me souviens une fois lors d’une rencontre du parti au mont Orford, on devait aller faire du ski de fond. J’étais en forme, mais lui avait l’adrénaline du maire, il m’a tout de suite laissé un kilomètre derrière lui. J’entendais alors les gens venant en sens inverse qui l’avaient reconnu et salué.»

Pour M. Lachapelle, l’héritage le plus important laissé par Jean Doré demeure la participation citoyenne aux affaires publiques. «Il a donné la possibilité aux gens de s’exprimer publiquement et s’adresser à leurs élus et c’est ainsi que fonctionne aujourd’hui, la démocratie municipale.»

C’est grâce à une consultation de ce genre que l’ancien stationnement situé près du parc Ahuntsic et de la station de métro Henri-Bourassa a pu être intégré au parc Ahuntsic et éviter que ne soit construits des immeubles à la place.

«Un promoteur avait pu inscrire un projet de cinq immeubles sur cette partie du parc. C’est la consultation publique qui a permis aux citoyens d’exprimer leur opposition et récupérer la surface qui a permis d’ériger le stade Gary-Carter.»

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!