Collaboration spéciale Radhouane Samaali (à gauche) en voyage de promotion du festival du jasmin en Tunisie. Cet événement se tiendra le 29 août, au parc Henri-Julien, à Ahuntsic, tentera de faire oublier les événements dramatiques qui ont marqués récemment ce pays.

Le premier festival tunisien à Montréal se prépare sur fond de vives inquiétudes alors que le pays a été le théâtre, il y a quelques jours, d’un attentat terroriste sanglant qui a fait 38 morts parmi de paisibles touristes sur une plage.

La Tunisie a connu deux attentats contre les touristes cette année. Le premier a eu lieu au mois de mars, dans un musée, il avait fait 19 morts, dont 18 touristes. Le deuxième a ciblé une plage et un hôtel à Sousse, dans le sud du pays, le 26 juin.

Le festival du jasmin, en référence à la fleur emblématique de la Tunisie, était programmé bien avant les attentats qui ont mis le pays sur le devant de la scène de manière dramatique. Il a été mis sur pied par l’association des Tunisiens aux Amériques, dont le siège est à Ahuntsic. «On prépare activement l’événement, mais on ne peut ignorer ce qui se passe», regrette Radhouane Samaali, un des organisateurs du festival tunisien de Montréal.

Une autre image de la Tunisie
Pour les organisateurs l’événement sera une occasion pour la communauté tunisienne et plus largement magrébine, de se retrouver en ces temps difficiles. C’est aussi l’occasion d’inviter le public québécois à mieux connaître ce pays.

«On veut que les gens voient la Tunisie comme un pays ouvert, riche de sa culture et de son patrimoine et non pas comme un pays dangereux, observe M. Samaali. L’expérience au parc Henri-Julien sera un vrai voyage en Tunisie avec ce qui fait sa beauté et rien d’autre.»

Triste année
La Tunisie est connue surtout des touristes européens et méditerranéens comme une destination de choix. Elle tire 7% de ses revenus du tourisme. Depuis cette attaque, l’état d’urgence a été décrété dans le pays pour dit-on, au niveau officielle, «faire face à un danger imminent».

«Je pense qu’au lieu de déclarer l’état d’urgence il aurait fallu renforcer la sécurité dans les zones touristiques, déplore M. Samaali. L’état d’urgence ne fait que renforcer le sentiment d’insécurité.»

«L’avenir immédiat de la Tunisie sera difficile, mais nous vaincrons», assure-t-il.

Pour les organisateurs, le festival du jasmin est destiné à présenter cette image de pays accueillant. Le festival du jasmin tunisien, le premier du genre au Canada, aura lieu le 29 août, au parc Henri Julien, de 10h à 23h.

Expérience gastronomique et présentation d’activités artisanales traditionnelles tunisiennes, comme les fameux tatouages au henné, sont au programme. Une scène musicale sera animée en soirée par des artistes tunisiens vivant au Québec ou au Canada.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!