Amine Esseghir / TC Media Catherine Harel-Bourdon et Chantal Jorg, commissaire scolaire de Cartierville–Ahuntsic-Ouest à l'école Saint-Benoit à Ahuntsic, le jour de la rentrée.

La rentrée scolaire actuelle pourrait bien être la dernière pour Catherine Harel-Bourdon en tant que présidente élue de la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Le ministre de l’Éducation, François Blais, déposera cet automne un projet de loi qui mettra un terme aux élections scolaires.

Rencontrée le jour de la rentrée scolaire à l’école Saint-Benoit, à Ahuntsic, Mme Harel-Bourdon a voulu marquer cette rentrée scolaire dans un établissement qui reflète selon elle la réalité de la CSDM. «C’est une belle école avec une grande mixité sociale où on rencontre des enfants et des parents de tous horizons», indique-t-elle pour motiver ce choix.

La commissaire scolaire promet qu’elle va se défendre pour préserver le mandat électif des commissaires scolaires. «Nous n’allons pas rester les bras croisés alors que l’on veut retirer l’expression démocratique aux citoyens dans l’éducation.» Elle annonce qu’elle va, avec ses autres commissaires, sensibiliser les parents, les communautés et les parents pour les convaincre de l’utilité des élus scolaires.

«Je suis sidérée que l’on veuille la disparition des élus scolaires», s’indigne Mme Harel-Bourdon.

On ne sait pas tout ce que contient le projet de loi sur la «réforme de la gestion des effectifs et des ressources» du système scolaire qui sera déposé cet automne. Toutefois le ministre de l’Éducation, invité un peu partout sur les stations de radios dans la matinée de la rentrée scolaire, assurait qu’on ne parlera plus d’élections scolaires.

«On peut améliorer la gouvernance scolaire, on peut trouver des moyens pour une plus grande participation des citoyens aux élections, mais de là à tout jeter, c’est vraiment très dangereux», assure la commissaire scolaire de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!