Québec fermera le centre de détention pour femmes Tanguay, située à Bordeaux, en février 2016. La population carcérale sera transférée à l’Établissement de détention Leclerc de Laval.

Selon le ministère de la Sécurité publique, c’est la désuétude des installations de la prison Tanguay qui force la fermeture de l’établissement et le déplacement des détenues. Des travaux sont menés actuellement pour aménager le centre de détention de Laval pour devenir mixte. Il pourra recevoir 248 femmes qui viendront s’ajouter au reste des détenus.

La prison Tanguay a été construite au début des années 1960. C’est le plus gros centre de détention pour femmes au Québec.

La décision a été rendue publique, alors que se tenait une assemblée du Syndicat des agents de la paix en service correctionnel (SAPSC) pour évoquer l’avenir du personnel. Selon des statistiques de 2014, 110 agents correctionnels sont employés dans cette prison.

Dans son communiqué, Québec souligne que: «le transfert n’occasionnera aucune perte d’emploi chez le personnel permanent. »

On ignore pour le moment le sort réservé aux bâtiments de la prison Tanguay. «Des analyses approfondies quant aux travaux à effectuer sont en cours et permettront de déterminer ce qu’il adviendra du bâtiment, qui héberge présentement environ 80 % de la population carcérale féminine au Québec», indique le MSP.

Il faut savoir qu’un Plan particulier d’urbanisme (PPU Henri-Bourassa Ouest), voté cette année par la Ville de Montréal, prévoit des projections en matière d’urbanisme pour les terrains de la prison qui pourraient être libérés.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!