Collaboration spéciale/Michel Giroux Manifestation de travailleurs des résidences privées pour aînés à Ahuntsic

Quelque 200 syndiqués ont manifesté devant le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) à Ahuntsic mercredi matin, pour revendiquer de meilleures conditions de travail dans les établissements privés.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) est présentement en pleine négociation coordonnée pour le renouvellement des conventions collectives de 43 unités. Seulement quatre contrats de travail ont été entérinés.

«Nous voulons dire aux patrons des centres d’hébergement privé que nous sommes prêts à défendre nos intérêts jusqu’au bout, mais nous sommes ouverts à la discussion», a indiqué Gilles Gagné, représentant de la FSSS-CSN.

Les revendications portent essentiellement sur les augmentations de salaires et la formation du personnel. Le syndicat demande aussi à ce que toutes les conventions collectives soient échues en même temps, au 31 mars 2018.

«Les gens sont payés au salaire minimum, c’est une honte, s’est insurgé M. Gagné, alors que les centres privés se targuent que les résidents sont satisfaits des services qu’ils reçoivent.» Pour lui, c’est grâce directement aux efforts des travailleurs.

Relayer les demandes
Les manifestants ont bravé la tempête durant environ une heure pour se faire entendre. Par contre, personne ne s’est adressé aux responsables du RQRA. Pourtant, les syndiqués souhaitaient que l’organisme puisse relayer leurs demandes aux établissements.

Pour Yves Desjardins, le président directeur général du RQRA, ce n’est pas à lui de transmettre leurs doléances. «Chaque entreprise ou établissement est autonome, c’est avec chacun d’eux que se déroulent les négociations», a-t-il précisé.

Du côté de la FSSS-CSN, M. Gagné assure que les travailleurs sont mobilisés. Ils pourraient mener d’autres actions similaires dans les bureaux des propriétaires des résidences.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!