Amine Esseghir/TC Media Les policiers du PDQ27 sont allés à la rencontre des citoyens dans un café. Ils reproduiront l'expérience une fois par mois d'ici l'été.

Une dizaine de policiers ont rencontré de façon informelle des citoyens d’Ahuntsic le jeudi 3 mars. Autour d’un café, ils ont échangé notamment avec plusieurs aînés sur la sécurité et diverses problématiques du secteur.

«C’est une catégorie de personnes que nous voulons mieux connaître parce qu’elles sont plus sensibles à certains irritants», souligne Jean-Michel Sylvestre, le commandant du poste de quartier (PDQ) 27.

André et Suzanne habitent près du parc Henri-Julien. Lors de cette rencontre au restaurant McDonald de la rue Lajeunesse, ils ont fait part de leur inquiétude de voir souvent des jeunes en grand nombre perturber la tranquillité des lieux.

«On ne sait pas ce qu’ils font, mais ils se rassemblent et mettent de la musique à fond, parlent fort et même crient», raconte la dame de 79 ans qui avoue ne jamais avoir appelé les policiers.

«Ces gens n’aiment trop porter plainte. Il y a un chiffre noir de méfaits, ceux qu’on ne peut comptabiliser. C’est en leur parlant qu’on peut mieux cerner l’ampleur des problèmes que les aînés vivent», indique l’agente sociocommunautaire Chantale Malo, qui considère qu’il faut maintenir le contact avec eux en dehors du poste.

«On explique aux gens qu’ils peuvent appeler de manière anonyme et ce genre de rencontres permet de dissiper les appréhensions», note George Manoli, policier bien connu dans le quartier. Quatre autres rencontres pour rejoindre diverses catégories de citoyens se tiendront une fois par mois d’ici l’été.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!