Amine Esseghir/TC Media Pierre Gingras compte sur Maddy Lespinasse, son adjointe à la direction, et Annie Barsalou, conseillère en développement de l'employabilité, pour mener à bien un projet pilote d'aide aux jeunes exclus.

Le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) Ahuntsic-Bordeaux-Cartierville reçoit un appui financier de 220 000$ du gouvernement provincial afin de favoriser l’autonomie sociale et professionnelle des jeunes, notamment ceux sans emplois et sans diplômes.

L’initiative, à laquelle participent 25 CJE au Québec, fait partie d’un projet pilote visant à améliorer le sort des jeunes de 15 à 29 ans. Le programme comprend plusieurs volets, dont la persévérance scolaire et l’entrepreneuriat.

«Il y a des jeunes qui ne viennent pas chez nous et qu’on ne peut pas rencontrer dans les écoles, c’est à eux que l’on s’adresse avec ce projet», explique Pierre Gingras, directeur du CJE. Il espère ainsi ramener quelques-uns d’entre eux sur les bancs d’école.

Ce financement du Secrétariat à la jeunesse permettra surtout de recruter du personnel. «On nous a fixé les mandats, mais nous sommes libres d’imaginer comment les réaliser. On aura aussi un budget pour financer des activités», ajoute M. Gingras.

Sur le terrain
Parmi les nouvelles mesures, une conseillère en emploi itinérante rejoindra sa clientèle.

«En plus de fournir des conseils à son bureau, elle ira dans les fêtes de quartiers, les événements organisés par les différents organismes ou bien elle accompagnera les travailleurs de rue pour discuter avec les jeunes», souligne M. Gingras.

Pour valoriser cette clientèle, une brigade de soutien sera notamment mise sur pied d’ici l’été afin d’inclure des jeunes dans l’organisation des Jeux de la rue. Cet événement sportif est présenté à travers plusieurs arrondissements de l’île de Montréal et s’adresse principalement aux adolescents exclus des réseaux compétitifs habituels.

«Au lieu de faire simplement appel au bénévolat, on les intègre, avec rémunération dans l’organisation d’un événement», dit-il.

Pour en finir avec l’exclusion, M. Gingras ambitionne aussi de faire le pont avec les conseils d’administration (CA) d’organismes locaux.

«Avec ce programme, nous allons organiser en mai une sorte de <@Ri>speed dating<@$p> pour mettre en contact des jeunes qui veulent s’engager plus dans la communauté et ceux qui veulent les accueillir dans leurs CA», annonce-t-il.

Dès l’an prochain, le gouvernement étendra son projet à l’ensemble des CJE de la province. Au total, Québec injectera 15 M$ dans le réseau des CJE. Quelque 220 000 jeunes seraient touchés par ce nouveau programme.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!