Coalition Montréal Caroline Orchard

La candidate de Coalition Montréal dans le district Notre-Dame-de-Grâce, Caroline Orchard, n’est pas inscrite sur la liste électorale, a confirmé à Métro Élection Montréal. Ainsi, elle ne pourrait donc pas voter au scrutin du 5 novembre.

«Après vérifications, on confirme que son nom ne figure pas sur la liste électorale», a indiqué Pierre G. Laporte, porte-parole d’Élection Montréal.

«On va vérifier auprès d’Élection Montréal [lundi]. Selon la candidate, il y a une erreur cléricale, a défendu le chef de Coalition Montréal, Marvin Rotrand. Elle a les preuves qu’elle a remis les documents nécessaires pour être sur la liste dans les délais. On pense que l’erreur est de leur part.» Il a ajouté que Mme Orchard aurait vécu presque toute sa vie dans ce quartier.

Toutefois, la période de révision de la liste électorale est terminée depuis le 17 octobre. Aucun changement n’est censé être possible après cette date, et la liste est définitive. Ainsi, Mme Orchard ne pourrait pas voter le 5 novembre.

Si la loi électorale prévoit qu’un candidat doit résider «depuis au moins les 12 derniers mois» sur le territoire de la municipalité où il se présente, il n’est pas nécessaire d’être inscrit sur la liste électorale. Une personne «doit avoir le droit d’être inscrite sur la liste électorale de la municipalité» pour se porter candidat.

Ainsi, même si Mme Orchard n’est pas inscrite sur la liste et ne peut pas voter, elle peut se présenter aux élections si elle réussit à prouver qu’elle réside bien dans Notre-Dame-de-Grâce depuis les 12 derniers mois.

C’est le maire de l’arrondissement sortant, Russell Copeman, et membre d’Équipe Coderre qui avait d’abord révélé dimanche sur Twitter que Mme Orchard n’était pas inscrite à l’adresse déclarée dans sa candidature. «Mme Orchard demande à la population de voter pour elle mais elle ne peut même pas voter», a-t-il écrit.

Marvin Rotrand a d’ailleurs dénoncé l’attitude de M. Copeman, qui «n’a rien dit» quand il a été révélé qu’un candidat de son équipe, Salvador B. Cabugao, ne serait peut-être pas éligible. Ce dernier ne résiderait à Montréal que depuis trois mois, selon La Presse.

Caroline Orchard a déjà été sur la sellette plus tôt lors de la campagne pour avoir tenu des propos antiféministes par le passé sur les réseaux sociaux. «Je déteste les femmes extrémistes, écrivait-elle en octobre 2016. Il n’y a pas de culture du viol, il y a une gang de femmes qui ne connaissent pas leur sexualité pour en tirer du vrai plaisir.» La candidate ne s’était pas excusée publiquement et avait été défendue par son parti.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!