Des représentants d’un temple bouddhiste vietnamien poursuivent l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Le refus de la Ville de leur accorder un permis d’agrandissement brimerait leur liberté de religion.

Depuis maintenant dix ans, les moines tentent sans succès d’obtenir un permis de la Ville pour doubler la superficie de la pagode Quan-Âm en réalisant des travaux sur le terrain vacant adjacent qu’ils ont acquis.

«Cela fait dix ans que nous manquons d’espace pour accueillir et former la relève. Ça met en péril la survie du temple», a expliqué le moine Phuoc Tuê, soulignant que les apprentis doivent absolument loger et être formés durant plusieurs années au temple.

Par ailleurs, le nombre de pratiquants desservis, évalué à environ 250, augmente au point où il n’y aurait plus assez d’espace pour tous les accueillir. Les responsables du temple voudraient construire une salle multifonctionnelle servant notamment à transmettre le savoir, pratiquer divers rites et partager les repas végétariens faisant partie intégrante de leur religion.

«Aujourd’hui, on célèbre les funérailles de mon grand-père, mais il n’y a pas assez de place dans le temple pour que toute ma famille puisse y assister.» –Chantal Nguyen-Phan, bénévole au temple Quan-Âm

Le temple Quan-Âm se situe dans une zone industrielle en déclin, sur l’avenue De Courtrai où se trouvent plusieurs lieux de cultes de diverses religions. Selon le Règlement sur les usages conditionnels de l’arrondissement, le statut de «lieu de culte» permet de faciliter l’obtention d’un permis d’agrandissement dans cette zone. Mais l’arrondissement refuserait ce statut au projet. Selon leur avocat Me Julius Grey, spécialiste des droits de la personne, la définition de l’arrondissement se baserait sur une interprétation judéo-chrétienne de ce qu’est un lieu de culte.

«Dans la religion bouddhiste, la distinction entre un couvent et une église pour prier n’est pas aussi nette que dans notre système catholique. Nier le statut de culte serait une façon de brimer leur liberté de religion», a soutenu leur avocat Me Julius Grey,.

Les avocats du temple ont déposé il y a un mois et demi un recours contre l’arrondissement, en attente de procès. La Ville a refusé de commenter le dossier tant que le litige suit son cours devant les tribunaux.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!