Josie Desmarais/Métro Une lettre a été transmise cette semaine au maire de Montréal, Denis Coderre, afin que l’avis de l’Association du Village Vendôme soit considéré advenant que la ville-centre soit saisie du dossier.

Loblaw est en réflexion sur son projet de construction d’une épicerie dans Notre-Dame-de-Grâce, qui suscite une opposition de la part de citoyens du quartier.

«Nous allons attendre de voir ce que l’arrondissement va décider avant de prendre toute décision. On va y aller une étape à la fois», a indiqué jeudi la directrice principale affaires corporatives et communications de Loblaw, Johanne Héroux.

Le projet de l’entreprise, dont l’actionnaire majoritaire est la famille Weston, consiste à construire un bâtiment de 10 étages à l’angle de la rue Saint-Catherine Ouest et du boulevard de Maisonneuve, qui abriterait des condominiums pour des personnes âgées, des bureaux pour la Fondation de l’Hôpital Montréal pour enfants et une épicerie Provigo. Puisque la hauteur du bâtiment atteint 36 mètres, il contrevient au Règlement d’urbanisme de l’arrondissement, ce qui fait qu’un registre a dû être ouvert pour que les opposants puissent se manifester.

Le 19 novembre dernier, 18 citoyens ont signé le registre puisqu’ils redoutent les bouchons de circulation. Jo-Anne Weemers, qui habite le quartier, a expliqué à Métro plus tôt cette semaine que depuis l’ouverture du Centre universitaire de santé McGill, la circulation est difficile dans les environs.

L’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce doit donc organiser un référendum, sinon retirer projet. Sa décision sera connue le 18 janvier prochain à l’occasion du conseil d’arrondissement.

Le maire, Russell Copeman, entend recommander le retrait du projet. Si ses collègues élus se rallient, Loblaw pourra encore s’adresser à la ville-centre et invoquer l’article 89(3) de la Charte de la Ville de Montréal pour ériger son complexe multifonctionnel.

Une deuxième version du projet a malgré tout été élaborée par Loblaw. Il prévoit plutôt la construction d’une tour à bureau, dont le premier étage serait occupé par plusieurs commerces et non une seule épicerie. Sa hauteur de 30 mètres respecterait la réglementation municipale.

«Selon nos analyses, les impacts sur la circulation seraient beaucoup plus importants avec une tour à bureaux, a fait savoir Mme Héroux. Avec notre premier projet, [les conditions de circulation] demeureraient acceptables. L’impact serait minime.»

Loblaw a pris le pouls des citoyens du quartier à propos de son projet. Jusqu’à 71% d’entre eux l’appuient, a rapporté Johanne Héroux qui s’appuyait sur un sondage de la firme Léger.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!