Gracieuseté Éric Allan Caldwell et Laurence Lavigne-Lalonde rencontrent des citoyens, à différentes intersections, pour recueillir leurs commentaires.

Vitesse trop élevée et manque de signalisation, certaines artères du quartier Hochelaga-Maisonneuve sont jugées dangereuses par les citoyens, ainsi que par les élus de Projet Montréal.

Dans le cadre de leur campagne «Vision Zéro», Éric Allan Caldwell et Laurence Lavigne-Lalonde souhaitent interpeller l’administration Coderre, afin qu’elle sécurise certaines artères le plus rapidement possible.

Les deux élus estiment que des mesures doivent être prises pour améliorer la sécurité des citoyens. Comme les artères sont du ressort de la ville-centre, ils comptent faire pression pour faire avancer les choses.

«On trouve que ça ne va pas assez rapidement, explique M. Caldwell, conseiller dans Hochelaga. C’est un beau projet «Vision Zéro», mais il faut que des mesures concrètes soient mises en application.»

Depuis quelques semaines, les deux élus rencontrent des citoyens, à différentes intersections, pour recueillir leurs commentaires.

«On veut savoir ce que les gens pensent, comment ils perçoivent la sécurité à ces endroits et on leur fait signer une pétition, qui pourra ensuite être remise à l’administration Coderre pour que des changements soient apportés plus rapidement», continue le conseiller.

École visée
La densité et la vitesse de la circulation à proximité de l’école Notre-Dame-de-L’Assomption, près de l’intersection des rues Hochelaga et Darling, ont poussé les deux élus à se rendre sur place au cours de la première semaine d’octobre.

«On nous a souvent parlé du fait que les gens sont inquiets lorsqu’ils traversent la rue Hochelaga, mentionne le conseiller Caldwell. Je crois que c’est évident qu’il faut agir à cet endroit, pour protéger la sécurité des résidents du voisinage et en particulier celle des écoliers.»

La vitesse permise étant actuellement fixée à 50 km/h sur Hochelaga, le conseiller de Projet Montréal estime que la ville-centre devrait songer à la réduire à 40 km/h, et de la faire passer à 30 km/h en zone scolaire.

«En fait, il faudrait que la vitesse permise sur tout le réseau artériel de l’arrondissement soit limitée à 40 km/h, comme c’est le cas entre autres dans Outremont», souligne Éric Allan Caldwell.

Des citoyens rencontrés par TC Media ont abondé dans le même sens.

«L’intersection Hochelaga et Darling est l’une des pires dans le quartier, mentionne d’emblée Richard Perron, résident de la rue Saint-Germain. Ça fait plusieurs années qu’on attend des changements. Si c’est impossible de modifier la limite de vitesse, il faudrait au minimum installer des panneaux d’arrêt.»

«C’est dangereux pour les jeunes qui fréquentent l’école, continue une mère de famille qui a souhaité garder l’anonymat. Les voitures passent très vite, c’est inquiétant pour la sécurité des enfants.»

Après s’être rendu récemment aux croisements des rues Ontario et Bennett, ainsi qu’à celui des rues Hochelaga et Darling, M. Caldwell a confirmé que d’autres intersections seront ciblées et visitées au cours des prochaines semaines.

«Au fond, l’objectif c’est que les familles du quartier, qu’elles soient à pied ou à vélo, puissent circuler sur nos rues en toute quiétude», conclut le conseiller.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!