Marie-Pier Gagné/TC Media Réal Ménard et Pierre Lessard-Blais, lors de l’annonce de l’octroi de l’aide financière aux commerçants.

Les commerces des rues Ontario et Sainte-Catherine, situés sur le territoire de la Société de développement commercial (SDC) d’Hochelaga-Maisonneuve, pourront bénéficier d’une aide financière pouvant aller jusqu’à 250 000$ afin, notamment, d’embellir leur devanture.

Le maire de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard et le président de la SDC, Pierre Lessard-Blais, ont annoncé l’octroi d’une aide financière Pr@M-Commerce pour la rénovation des édifices commerciaux des deux rues en question, le 9 février.

Conçu pour aider les commerçants à réaliser des projets de rénovation dans leur établissement, le programme est un outil de la Ville de Montréal, en collaboration avec les arrondissements, pour mettre en valeur les parcs immobiliers commerciaux.

«Je crois que le fait que notre SDC locale ait été choisie pour le programme témoigne de son dynamisme et de la participation active des commerçants à vouloir la rendre de plus en plus attrayante. J’ai hâte de voir quelles seront les initiatives des commerçants», a mentionné le maire Ménard, ajoutant du même coup que seulement trois SDC montréalaises pourront profiter du programme.

Les travaux admissibles au Pr@M-Commerce sont ceux qui sont relatifs à la transformation de façades, à l’aménagement des accès au bâtiment ou de terrasses permanentes, à l’installation et la modification d’enseignes, à l’éclairage extérieur, aux éléments structuraux ou à l’agrandissement du commerce ou sa rénovation intérieure.

Selon la longueur de la façade principale du bâtiment, le soutien financier pourra être d’un maximum allant de 4000$ à 20 000$ pour des honoraires professionnels en design ou de 50 000$ à 250 000$ pour des travaux de rénovation.

Dépôt de projet

D’ici quelques semaines, le comité exécutif va déterminer par ordonnance la période d’admissibilité au programme.

À partir de ce moment, les commerçants auront deux ans pour proposer leur projet et deux ans pour le réaliser, après approbation.

«C’est clair que ce programme est un levier financier important pour le développement des entreprises du secteur, a commenté Pierre Lessard-Blais, directeur de la SDC. Il permettra sûrement aussi d’attirer de nouveaux investisseurs sur nos artères commerciales.»

Le mouvement anti-gentrification et le fait que les nouvelles façades de commerces se font souvent vandaliser depuis quelque temps dans le quartier n’inquiètent pas M. Lessard-Blais.

«Le plus important, c’est qu’on prenne soin de notre quartier», a-t-il mentionné, ajoutant que la plupart des citoyens sont reconnaissants lorsque des modifications du genre sont apportées.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus