Arnaud Stopa TC Media La Ville de Montréal et le gouvernement du Québec ont annoncé avoir signé une entente de collaboration pour l'élaboration d'un plan de développement relatif à l'implantation d'une zone industrialo-portuaire.

Les projets d’investissement se multiplient autour du port de Montréal afin de renforcer le positionnement de la métropole comme plaque tournante du transport et de la logistique en Amérique du Nord.

La Ville de Montréal et le gouvernement du Québec ont annoncé vendredi avoir signé une entente de collaboration pour l’élaboration d’un plan de développement relatif à l’implantation d’une zone industrialo-portuaire. Une démarche qui vise, entre autres, à revaloriser les secteurs non-développés près du port.

Le projet devrait permettre d’attirer des entreprises manufacturières et générer d’importantes retombées économiques pour la métropole. La zone industrialo-portuaire facilitera ainsi l’accès des entreprises aux marchés internationaux.

«Avec l’entrée en vigueur de l’Accord économique et commercial global avec l’Union européenne, il est essentiel de permettre à nos entreprises de s’intégrer plus facilement aux chaînes d’approvisionnement mondiales », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Ces zones disposent notamment d’avantages fiscaux pour les entreprises qui souhaitent s’y installer.

Le développement de la zone s’inscrit dans le cadre de la Stratégie maritime du gouvernement libéral. Elle permettra au Port de Montréal d’asseoir sa position de premier port de l’est canadien, selon sa présidente, Sylvie Vachon.

Le plan de développement de la zone industrialo-portuaire devra d’abord se concentrer surtout sur le repérage des marchés potentiels et les occasions d’attirer les investisseurs.

Québec financera 70% des dépenses pour la réalisation d’un plan de développement, pour un maximum de 125 000$.

Ce mandat est confié à un comité local qui accueillera autour de la table les ministères concernés, mais aussi les villes de Montréal et Montréal-Est ou encore le Port de Montréal et la grappe industrielle Cargo M.

L’ensemble des mairies d’arrondissement de l’Est de Montréal seront aussi présent à titre de membres observateurs. C’est pourquoi tout porte à croire que la zone s’étalera de Hochelaga, où une Cité de la logistique doit sortir de terre, jusqu’au bout de l’ile.

Citoyens

Les élus Projet Montréal à la mairie d’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Laurence Lavigne Lalonde et Éric Alan Caldwell, présents lors de l’annonce, ont réagi face au manque de présence citoyenne dans le processus.

«Il n’y a rien dans la Stratégie maritime qui prend en compte la population environnante, le maintien ou l’amélioration de leur qualité de vie. Les citoyens devraient avoir une voix dans les comités de la zone.»

Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean d’Amour, estime que tous les efforts sont faits pour satisfaire les citoyens.

«La question de l’acceptabilité sociale est primordiale pour nous. Il y a des consultations en cours et je suis prêt à assister à une rencontre avec un groupe de citoyen.»

L’annonce représente un pas de plus vers l’établissement de la Cité de la logistique du secteur L’Assomption Sud.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!