(Flamme / gracieuseté) L'événement Shows de Ruelle dans Hochelaga gagne en popularité.

Pari gagné pour la 2e édition du festival Shows de Ruelle qui s’est clôturée dans une ambiance survoltée, le 24 août dernier.

«Le bilan est vraiment très positif», se félicite Delphine Ah-Koi, coordinatrice en marketing et communication de la SDC Hochelaga-Maisonneuve, l’organisme qui est derrière ce festival.

Comme l’an dernier, la deuxième mouture des Shows de ruelle a accueilli des artistes émergents et confirmés de la scène québécoise pour offrir, un jeudi sur deux, des spectacles gratuits pendant les mois de juillet et août.

Populaire

À vue d’œil, les organisateurs estiment que plus de 10 000 festivaliers ont assisté aux Show de ruelle sur quatre soirées de concert.

«C’est comme l’an dernier, mais on aurait eu davantage de monde si nous n’avions pas été obligés d’annuler le premier spectacle, à cause de la pluie», partage Delphine Ah-Koi.

Les caprices de la météo ont failli gâcher la fête plus d’une fois en juillet, puisque la prestation du groupe Deuxluxe a presque été aussi annulée à cause d’un orage menaçant, « mais on a finalement eu de la chance et tous les autres shows ont pu avoir lieu sans incident », partage Mme Ah-Koi.

Si les habitués du quartier et les spectateurs de l’an dernier étaient au rendez-vous, cette année des résidents des arrondissements avoisinants et même de l’extérieur de l’Île ont aussi fait le déplacement pour se laisser porter par l’atmosphère de ce festival de quartier.

«Le bouche à oreille a bien fonctionné, et les artistes de cette année ont même été moins difficiles à convaincre que ceux de la première édition», remarque Mme Ah-Koi.

Un succès à ce niveau aussi pour la SDC Hochelaga-Maisonneuve qui ne dispose que d’un «tout petit budget» pour donner vie aux Shows de ruelle.

«Cet événement est quasiment celui qui nous coûte le moins cher à organiser», partage Mme Ah-Koi.

En coulisse, on ne retrouve aucun bénévole, mais la petite équipe de 10 personnes de la SDC. «Quatre stagiaires viennent renforcer nos troupes l’été et nous engageons trois personnes pour le bar, et c’est tout», confie Mme Ah-Koi.

Un festival intimiste

Organisés dans le but de faire parler du quartier et de revitaliser la rue Sainte-Catherine Est, les Shows devaient initialement se déplacer de ruelle en ruelle, « mais c’était logistiquement trop compliqué, admet Mme Ah-Koi,  et finalement notre ruelle est juste parfaite ».

Longeant le parc Morgan, la ruelle Gaboury offre effectivement un espace intime idéal pour la tenue des concerts acoustiques des Shows de ruelle, ou tous les publics se côtoient.

«C’est le charme de ce petit événement! Les artistes invités présentent des formules de concerts inédites en jouant en formation réduite», explique Mme Ah-Koi.

Il y en avait pour tous les goûts, mais la surprise de cette année a été sans conteste la performance de Yann Perreau qui n’a pas hésité à prendre un bain de foule et entonné ses plus grands succès au milieu du public.

Et les commentaires des participants sur la page Facebook de l’événement en témoignent : «Moment mémorable». «Une autre belle édition du Show».  «C’était effectivement malade!»

«C’est beau de voir tous les résidents du coin, de tous les classes sociales, réunis ensemble pour un gros party et du gros fun!», commente un autre festivalier sur les réseaux sociaux en mettant exactement le doigt sur l’esprit qui anime ce festival.

 

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!