Archives/FELIX O.J. FOURNIER

MONTRÉAL — Le procès de Randy Tshilumba, accusé du meurtre prémédité d’une jeune employée dans un supermarché Maxi, à Montréal, a débuté mercredi matin.

L’homme de 21 ans subit son procès au palais de justice de Montréal, devant la juge Hélène Di Salvo de la Cour supérieure et un jury de 12 personnes, soit sept hommes et cinq femmes.

Petits accrocs en cette première journée de procès: un juré a dû être excusé pour des raisons personnelles et l’un des suppléants a pris sa place. Puis il a été expliqué que la procureure de la Couronne au dossier, Catherine Perreault, s’était blessée au dos et ne pouvait être présente. Elle a été remplacée par une collègue ce mercredi, mais sera de retour vendredi.

Le procès pourra réellement débuter, car les premiers témoins seront alors entendus. Mais avant, s’ils le souhaitent, les avocats de la Couronne et de la défense peuvent livrer des exposés introductifs pour expliquer leur théorie de la cause au jury.

Randy Tshilumba avait été accusé en avril 2016 du meurtre de Clémence Beaulieu-Patry, âgée de 20 ans. Il a plaidé non coupable.

La jeune femme était employée dans une succursale du supermarché Maxi située dans l’est de Montréal. Des dizaines de clients et d’employés étaient à l’intérieur du magasin lorsque l’attaque s’est produite.

Mercredi, l’accusé était derrière la baie vitrée de la salle de cour, vêtu d’une chemise bleu pâle entièrement boutonnée, les cheveux au ras du crâne, l’air grave. Il n’a pas prononcé un mot.

La juge Di Salvo a profité de la matinée de mercredi pour expliquer aux jurés le fonctionnement du procès et leur rôle dans cette affaire.

Elle leur a rappelé que Randy Tshilumba est présumé innocent et que la Couronne doit prouver sa culpabilité hors de tout doute.

«Vous êtes l’unique juge des faits», a-t-elle expliqué, leur disant qu’ils doivent se baser uniquement sur la preuve présentée en salle de cour. N’allez pas sur les réseaux sociaux, ne lisez rien, ne faites pas vos propres recherches, a-t-elle illustré.

«Et ne tirez aucune conclusion avant d’avoir entendu toute la preuve».

Elle les a aussi avertis que la cause sera médiatisée.

Il est prévu que le procès dure cinq semaines.

Vu l’accusation de meurtre prémédité, Randy Tshilumba risque une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans, soit la peine la plus sévère du Code criminel.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!