Nicolas Ledain / TC Media Maxime Roy-Lafortune a inscrit son salon dans un réseau nord-américain de réduction des déchets dans le domaine de la beauté.

Depuis début novembre, Atelier 508 – Éco-coiffure, un salon de coiffure à vocation écologique a ouvert ses portes sur la rue Moreau. Le propriétaire tente de réduire sa production de déchets à tous les échelons.

Dans ce secteur de la beauté qui est très polluant, Maxime Roy-Lafortune a ouvert sa première entreprise en allant à contre-courant. Après avoir travaillé pendant dix ans dans un salon du Plateau-Mont-Royal, ce jeune entrepreneur a pris un virage vert dans son métier.

«Ce milieu est très salissant et je me suis dit que ce serait intéressant de le changer. Je n’étais pas très vert dans ma vie, mais je voulais faire attention et je pense que si tu veux te changer toi-même, il faut changer ton milieu de travail», estime le fondateur de l’Atelier 508.

C’est en entendant parler d’un réseau nord-américain nommé Greencircle Salons (GCS) que M. Roy-Lafortune a décidé de se lancer dans cette démarche. Cette organisation incite les travailleurs du secteur de la beauté à rendre leur pratique écoresponsable en recyclant notamment les cheveux, métaux et restes de coloration.

«En adoptant leurs principes qui ne sont pas très compliqués, tu deviens à 95% écologique, les 5% qui restent c’est par exemple le café ou les produits d’entretien», explique le chef d’entreprise.

Maxime Roy-Lafortune a fait les efforts supplémentaires en utilisant des gobelets recyclables, des produits d’entretien non polluants et a même installé un séchoir écologique et une pompe pour faire des économies d’eau. Il aimerait à terme s’alimenter avec des panneaux solaires et installer un système de récupération des eaux de pluie.

«Si tu t’embarques, t’embarques pas à moitié, sinon tu vas revenir à tes mauvaises habitudes. […] C’est une belle obsession, je me rends compte que je deviens un peu fatigant, mais j’aime ça», indique-t-il.

Pour amortir le coût de certains investissements écologiques, le fondateur du salon a fait sa décoration avec des matériaux de récupération. Il assure que ce virage vert n’est pas si dispendieux et que cela n’a pas fait gonfler ses tarifs.

«Les gens de Hochelaga sont très réceptifs et très ouverts et il y a ici une envie de changement qu’on ne retrouve pas ailleurs.»
Maxime Roy-Lafortune, fondateur de l’Atelier 508 – Éco-coiffure.

Convaincu par sa démarche, Maxime Roy-Lafortune souhaite maintenant s’impliquer dans le réseau GCS afin de convaincre d’autres professionnels de son domaine de faire ce pas écologique.

Un quartier réceptif
L’argument écologique a indéniablement pris une place importante dans les déterminants du choix des consommateurs ces dernières années et Maxime Roy-Lafortune constate que les citoyens de Hochelaga-Maisonneuve sont particulièrement sensibles à cet aspect.

«Je trouve que c’est un quartier en pleine expansion et j’aime beaucoup que les gens embarquent dans ma vision écologique. […] Depuis que je suis ici, ça me donne le goût de m’investir encore plus et de créer des échanges avec d’autres commerçants», précise le fondateur de ce salon écolo.

En seulement un mois de présence sur la rue Moreau, le coiffeur a réussi à remplir son carnet de rendez-vous pour les deux semaines à venir et voit l’avenir avec optimisme.

«Ça marche encore mieux que ce que je pensais, mais c’est un beau problème», se félicite Maxime Roy-Lafortune.

Le salon Atelier 508 – Éco-coiffure est situé dans les anciens lofts Moreau au 2019 rue Moreau.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!