Nicolas Ledain / TC Media De gauche à droite: Sonia Ribaux (conception pédagogique), Sophie Vaillancourt (formatrice FER), Loubna El Abboudi (animatrice), Laetitia Angba, Hélène (Sioui) Trudel, Sébastien Beaudet, Anaïs Fugère (coordonnatrice), Charlotte Giars-Laliberté, Laurence Côté-Venne et Alex Tremblay (animateurs).

En partenariat avec le Carrefour familial Hochelaga, la Fondation du Dr. Julien lance le programme Familles-Enfants-Réseaux (FER) dans le quartier. Ce projet pilote va offrir des formations aux adultes et aux enfants afin de les outiller pour défendre leurs droits.

«Les enfants ne sont pas les citoyens de demain, ce sont les citoyens d’aujourd’hui. Il faut les encourager pour qu’ils participent à améliorer la société», croit Hélène (Sioui) Trudel, directrice générale et instigatrice du projet FER.

En partant de ce principe, cette avocate et médiatrice de la Fondation du Dr. Julien a eu l’idée de proposer des formations pour enseigner les droits de l’enfant à des jeunes de 8 à 12 ans, mais aussi à l’ensemble de la communauté afin d’impliquer ces enfants dans la vie citoyenne. Les premiers cours de ce programme vont commencer durant le mois de février et seront proposés gratuitement au Carrefour familial Hochelaga et dans les locaux de GCC la Violence.

«Ce qui marque le plus dans le quartier, c’est tout le potentiel qui dort. Les enfants qui viennent d’un milieu favorisé ont des parents qui savent se faire entendre, donc ils se donnent le droit de participer. À l’inverse, on a l’impression que l’absence de participation se transmet dans les milieux plus vulnérables. On veut redonner du pouvoir d’agir à ces gens», explique Sébastien Beaudet, directeur général du Carrefour familial Hochelaga.

Ainsi, à raison d’une à deux séances de deux heures par semaine, les enfants et adultes qui participent seront mobilisés pendant cinq à dix semaines pour passer chaque niveau de certification. Par des cours ludiques et participatifs, le programme FER a été conçu autour de trois niveaux que sont la connaissance des droits de la Convention relative aux droits de l’enfant, rassemblés en sept principes (voir ci-dessous), l’apprentissage de la défense de ces droits par la communication pacifique et la mobilisation citoyenne à travers l’entrepreneuriat social pour œuvrer au sein de la communauté. Adultes et enfants seront séparés durant la plus grande partie de cette formation.

«Les enfants aiment apprendre sur la Convention relative aux droits de l’enfant, mais il faut aussi former les adultes pour qu’ils servent de filet protecteur. Je suis convaincue qu’avec ce projet, on va réussir l’objectif de donner la voix aux enfants», pense Hélène (Sioui) Trudel.

Adapté à chaque quartier
Des formations sur les droits de l’enfant sont déjà proposées par plusieurs organismes, mais ils sont souvent dispensés à partir du secondaire. L’objectif du programme FER est d’élargir cet apprentissage à des jeunes de 8 à 12 ans.

«On vise à changer le monde par la voix des enfants.»
Hélène (Sioui) Trudel, directrice générale du projet FER.

Par ailleurs le projet pilote a lieu dans Hochelaga-Maisonneuve, mais ses responsables ambitionnent de l’étendre à d’autres quartiers, dont Côte-des-Neiges, où la Fondation du Dr. Julien a déjà l’habitude de travailler. Six autres communautés de la province qui sont confrontées à des poches de vulnérabilité ont aussi montré leur intérêt.

«On souhaite adapter les principes de la Convention relative aux droits de l’enfant de façon la plus concrète possible à la réalité des enfants et à la réalité des quartiers où ils vivent», précise Laetitia Angba, juriste et chargée du projet FER.

De plus, cette formation gratuite est ouverte à tous les adultes et aux enfants de la catégorie d’âge ciblée et Mme Angba espère attirer des gens d’horizons variés.

«N’importe quelle personne vivant dans Hochelaga-Maisonneuve est invitée. Tout le monde a quelque chose à dire et à apporter», estime cette responsable du projet.

Le programme FER est à la recherche de participants pour son projet pilote. Les personnes intéressées peuvent contacter Anaïs Fugère, la coordonnatrice de FER dans le quartier au (514) 523-9283 poste 114.

Les sept principes de la Convention relative aux droits de l’enfant

Pour simplifier l’apprentissage, le programme FER rassemble les 41 droits de l’enfant en sept principes :
– Les enfants naissent égaux en droit.
– L’intérêt supérieur de l’enfant gouverne les décisions qui le concernent.
– L’enfant jouit de libertés et de droits civils.
– La communauté entière doit s’impliquer auprès des enfants pour soutenir leurs familles.
– L’enfant naît et grandit en santé.
– L’enfant s’instruit, s’amuse et s’ouvre sur le monde.
– L’enfant a le droit d’être protégé sur tous les plans.

Perpétuer le travail de Janusz Korczak

La démarche portée par le programme FER s’inspire directement de l’œuvre de Janusz Korczak. Ce pédiatre polonais encourageait l’expression des enfants et leur participation sociale et soutenait la création d’une Convention des droits de l’enfant dès la fin du XIXe siècle. Janusz Korczak est mort dans les chambres à gaz du camp de concentration de Treblinka durant la Seconde Guerre mondiale après avoir refusé d’abandonner les enfants juifs de son orphelinat du ghetto de Varsovie.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!