Gracieuseté / Caroline Perron Vanessa Isabelle-Roy, fondatrice de Fotofibre, réside dans Hochelaga-Maisonneuve.

Après le succès de ses collections portant sur Montréal, une artisane du textile de Hochelaga-Maisonneuve souhaite maintenant parcourir le Canada, afin d’en faire découvrir la richesse à travers ses créations.

Vanessa Isabelle-Roy, fondatrice de Fotofibre, s’est récemment fait connaître grâce à sa collection textile mettant en vedette Montréal et ses stations de métro.

«La collection Montréal a eu beaucoup de succès, alors cela m’a donné envie d’aller plus loin, explique la jeune entrepreneure de 28 ans. Je me suis donnée pour mission de faire renaître la beauté de mon pays, de sa richesse et de sa diversité à tous les niveaux.»

C’est dans des photos qu’elle prend elle-même ou qu’elle obtient de collaborations spéciales que Mme Isabelle-Roy prend son inspiration. Elle utilise ces clichés pour les transformer en toutes sortes de projets textiles, comme des coussins décoratifs, des porte-monnaie ou des pochettes, entre autres.

Projet voyage
Assoiffée de nouveaux défis, l’artisane souhaite bientôt quitter le Québec pour aller à la rencontre d’endroits comme Banff, Saskatoon, Winnipeg, Charlottetown et Halifax, afin d’y dénicher les plus beaux clichés qui pourront ensuite être offerts au public à travers ses produits. Une rencontre des Premières Nations pourrait aussi avoir lieu.

Pour ce faire, Vanessa a lancé récemment une campagne de socio-financement, grâce à laquelle elle espère pouvoir faire l’acquisition d’une fourgonnette.

Au moment d’écrire ces lignes, 5470$ avaient été amassés.

«Je suis contente de voir que les gens embarquent dans mon projet, affirme-t-elle. En deux semaines seulement, 52% de l’objectif de base avait déjà été atteint.»

Pour chaque don effectué, la jeune femme remettra des items exclusifs. Parmi ceux-ci, on retrouve un carnet de voyage, un porte-monnaie, une bougie, un chandail et un coussin.

«J’ai décidé d’élargir ma gamme de produits, pour offrir des cadeaux spéciaux à ceux qui vont m’aider à concrétiser mon projet», souligne-t-elle.

Départ en 2019

Si tout se passe comme elle le souhaite, la résidente de Hochelaga-Maisonneuve souhaiterait quitter la province au début de l’année 2019.

«Cette année, je vais me concentrer sur les préparations, explique-t-elle. Je veux prendre le temps de bien organiser mes choses.»

Pour Mme Isabelle-Roy, la campagne de socio-financement était une sorte de coup d’envoi pour son nouveau projet.

«C’est certain que les fonds amassés ne seront pas suffisants pour couvrir tout le voyage, admet-elle. Mais, j’aimerais au moins pouvoir me munir d’une fourgonnette et la convertir en un petit milieu de vie.»

Pour l’instant seule artisane de son entreprise, Vanessa devra aussi procéder à une restructuration avant de quitter la province.

«Je vais devoir agrandir l’équipe, parce que pour l’instant, je fais tout toute seule, mentionne celle qui a aménagé son atelier à même son appartement. Ça fait beaucoup de choses à penser, mais c’est un projet qui m’allume beaucoup et qui me rend très fébrile.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!