Vanessa Hébert / Métro Média Le Marché Solidaire le jour de l’ouverture, le 25 mai 2018

Les Montréalais habitant dans un secteur qualifié de désert alimentaire, dans Hochelaga-Maisonneuve, ont désormais une alternative dans leur quartier. Le Marché Solidaire vient tout juste de voir le jour au coin des rues Adam et Joliette, devant l’Église Très-Saint-Rédempteur.

Le marché se veut une manière d’offrir une bonne offre dans les quartiers moins bien desservis du quartier. Aux dires de Benoist De Peyrelongue, le directeur général de La Cuisine Collective Hochelaga-Maisonneuve, partenaire fondateur du Marché Solidaire, le désert alimentaire dans ce secteur est un réel problème.

« Les gens n’ont pas le choix de se rendre dans des endroits où ça coûte plus cher, ce qui rend le problème d’autant plus aigu et présent. ».

Derrière le marché, en plus de La Cuisine Collective Hochelaga-Maisonneuve, on retrouve aussi plusieurs autres partenaires qui ont à cœur la vie de quartier, soit Le Carrefour Familial Hochelaga, GCC La violence!, Centre des jeunes Boyce-Viau, Centre Communautaire Hochelaga, Le Carrefour jeunesse emploi Hochelaga-Maisonneuve, La Récolterie, une initiative du CJE Hochelaga-Maisonneuve, Le Chic Resto Pop et La Table de quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Selon M. De Peyrelongue, l’idée germait depuis un bon moment déjà. Le Marché Solidaire se veut la suite logique de l’initiative Fruits & Légumes de quartier, mais maintenant, l’offre disponible est beaucoup plus riche.

On y retrouve donc oui, des fruits et légumes (dont certains provenant des toits potagers de la Cuisine Collective Hochelaga-Maisonneuve), mais aussi des produits laitiers, des produits secs, des huiles, des viandes et bien plus.

« Les gens ont droit d’avoir accès à de la nourriture qui ne coûte pas les yeux de la tête, qui ne vient pas de 3000 kilomètres d’ici », a mentionné la députée fédérale de Hochelaga, Marjolaine Boutin-Sweet, lors de l’ouverture officielle le 25 mai.

D’ailleurs, lors cette première journée, on comptait déjà près de 1000$ de vente seulement dans l’avant-midi, prouvant ainsi la nécessité mais aussi l’intérêt d’une telle initiative dans le quartier.

Au-delà d’offrir de la nourriture accessible à tous, une des missions principales du Marché Solidaire est de créer une vie de quartier, une mixité sociale et une manière pour tous les habitants du quartier de se retrouver dans un même endroit. Car même si les produits qu’on y retrouve sont vendus à des prix très accessibles, tout le monde est invité.

« C’est une manière de développer un modèle de société plus collectif et inclusif », soutient Benoist de Peyrelongue.

Même si l’initiative n’en est qu’à ses balbutiements, on voit déjà les choses à long terme : le Marché Solidaire sera ouvert à l’année, afin d’assurer une pérennité, car la demande est là.

On pourra donc se procurer des produits à l’extérieur de l’église durant la belle saison, puis au Chic Resto Pop durant l’hiver.

Aussi, un service de livraison a été mis sur place dans deux plans HLM afin de répondre aux besoins alimentaires des personnes à mobilité réduite.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!