Nacer Zemmal a remporté la médaille de bronze dans le cadre de la cinquième Coupe du monde de wushu, à Huangshan, en Chine.

La Coupe du monde accueille les meilleurs adeptes de cet art martial. Pour s’y tailler une place, il faut préalablement se classer parmi les quatre meilleurs combattants au Championnat du monde. L’Hochelagais était monté sur la troisème marche du podium, lors de cette compétition.

« C’était stimulant. Tu ne fais pas des combats avec des [participants] faibles, moyens et forts. Tu te bats qu’avec les champions et les vice-champions du monde. C’est un niveau plus haut », indique-t-il.

Le calibre élevé de ses adversaires et le manque de préparation ont empêché M. Zemmal de gravir davantage le podium. « Je ne me suis pas bien battu. J’ai arrêté les pratiques pour les études et le travail. Je me suis entraîné pendant trois semaines seulement. Ça, c’est mon erreur. Toutefois, j’ai perdu par points et non par KO », explique-t-il.

Manque de soutien

C’est sans équipe d’entraîneurs et de commanditaires que l’athlète d’Hochelaga-Maisonneuve s’est préparé et a participé à ce rendez-vous international.

« J’y suis allé seul, sans soutien. Ce sont des amis, dont les entraîneurs de l’équipe de France et de l’Algérie, qui m’ont aidé, m’ont conseillé ou m’ont donné de l’eau, pendant les combats. Quelqu’un m’a dit que je suis un exemple pour les athlètes solitaires, car c’est ma motivation qui m’a poussé à continuer et qui m’a donné ces résultats. Les autres ont des médecins, des psychologues, un soutien moral et physique », souligne M. Zemmal.

D’ailleurs, l’athlète déplore le manque d’aide dans son pays d’adoption. « Il n’y a pas beaucoup de soutien pour le kung-fu, ni au Canada, ni au Québec. La Fédération canadienne de wushu met l’accent sur les katas (les formes) et non le combat. Elle a des champions du monde en forme. Elle n’a même pas mis ma médaille sur leur site. C’est dommage qu’au Canada, ce ne soit pas davantage pris en considération. Il sera peut-être plus connu s’il devient un sport olympique en 2020 [le karaté est un candidat pour les Jeux olympiques de 2020] », regrette-t-il.

Retraite

La Coupe du monde était la dernière compétition amateur de l’Hochelagais.

Âgé de 34 ans, l’athlète ne pourra pas participer à une autre confrontation amateur, car elles sont réservées aux athlètes de moins de 35 ans.

Néanmoins, le sportif n’abandonne pas les arts martiaux pour autant. « C’est ma passion. Ça fait 13 ans que j’en fais et je n’arrêterai pas. Je vais me chercher des combats professionnels et je vais suivre une formation d’entraîneur », affirme-t-il.

M. Zemmal n’entre pas dans un domaine inconnu. « Quand j’étais jeune, j’ai fait l’erreur d’être athlète et entraîneur en même temps. Après une année ou deux, mon niveau était descendu. Alors je me suis concentré sur ma carrière de combattant. Je me disais que je serais entraîneur à ma retraite », se rappelle-t-il.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!