Les succès du Centre communautaire, culturel, social, éducatif (CCSE) Maisonneuve et des programmes offerts reposent en grande partie sur ses employés et bénévoles. Sans eux, le rayonnement du centre ne serait pas ce qu’il est. Le Gala reconnaissance du CCSE vise à reconnaître ces gens de cœur.

Gens de cœur, car les récipiendaires ne comptent pas leurs heures. C’est notamment le cas de Richard Aubry, directeur général du centre.

Avant d’être à la tête du centre, M. Aubry a occupé différentes fonctions au sein de l’organisation. Il fait partie du CCSE Maisonneuve depuis maintenant 36 ans. Il est un peu la mémoire vive de l’organisme.

Il n’est donc pas surprenant que le directeur général ait été honoré à titre de légende pour souligner sa participation exceptionnelle dans les activités du centre.

Son soutien, sa ténacité et sa volonté lui ont permis de redresser le centre après des moments plus difficiles.

« C’est un honneur pleinement mérité. Je connais Richard depuis de nombreuses années et il est toujours aussi passionné par son travail. Son énergie est contagieuse. C’est un modèle et un mentor pour moi », de souligner Luc Bigras, président du conseil d’administration du CCSE Maisonneuve.

Les vibrants témoignages à l’endroit de M. Aubry ont été suivis par de chauds applaudissements.

Le principal intéressé, lui, ne veut pas prendre tout le crédit. Il n’hésite pas à redistribuer les compliments aux membres de son équipe.

Cette aventure, ce n’est pas l’affaire d’un seul homme, affirme-t-il, mais bien d’une belle équipe. Je travaille avec les meilleurs alors ma tâche est grandement simplifiée.

Des piliers…

Le comité organisateur a également reconnu le travail de trois de ses piliers. Des personnes qui assurent ou qui ont assuré la stabilité de la structure du CCSE.

Dans cette catégorie, difficile de passer sous silence le travail de Reine Jetté-Collette.

La responsable du secteur des aînés a travaillé 27 ans au centre. Durant son passage, elle a rebaptisé le secteur des aînés en secteur Or et argent, elle a multiplié les activités pour les intégrer à part entière et a toujours été une oreille attentive à leurs préoccupations.

Aujourd’hui à la retraite, elle continue de participer aux activités du centre par le biais du bénévolat.

« On peut sortir la femme du CCSE, mais on ne peut pas sortir le CCSE de la femme, rigole-t-elle. J’ai passé de très belles années au centre et tant que la santé sera au rendez-vous, je continuerai de m’y impliquer. »

Le club de danse du CCSE a maintenant 20 ans. Cette longévité, le centre la doit en partie à Ronald Lacoste.

Deux fois par semaine, durant la période estivale, les danseurs se donnent rendez-vous sur la place Gennevilliers-Laliberté pour se délier les jambes. Ils sont régulièrement de 800 à 1000 danseurs. M. Lacoste anime la soirée de main de maître, tel un chef d’orchestre.

« Je n’ai pas grand mérite, j’adore danser. Pour moi c’est une partie de plaisir », confie M. Lacoste.

La troisième personne honorée, mais non la moindre, est Nancy Bellavance, du programme de sécurité urbaine Tandem Mercier – Hochelaga-Maisonneuve.

Mme Bellavance est une figure de proue de Tandem. Elle est en poste depuis 25 ans, alors que le programme célèbre cette année son 30e anniversaire.

« Les années ont passé très rapidement, indique l’adjointe administrative. J’adore mon travail et j’ai une grande liberté d’action. De savoir que nous sommes utiles aux gens, c’est un grand sentiment de fierté. »

Du côté organisationnel, le Gala reconnaissance du CCSE Maisonneuve en était à une sixième édition et celle-ci a été orchestrée par un comité organisateur expérimenté. L’événement s’est déroulé sans anicroche et les convives ont eu droit à une très belle soirée.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!