Selon les chiffres fournis par la Cour municipale de la Ville de Montréal, il s’est donné en moyenne 270 contraventions de stationnement quotidiennement depuis le début de l’année 2014 sur le territoire de l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM). Un chiffre toutefois bien en deçà d’autres arrondissements qui émettent jusqu’à 1250 amendes pour ce type d’infraction.

Au 29 août 2014, les agents de stationnement de l’arrondissement de MHM avaient remis 40 381 contraventions, alors que les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) en avaient émis 24 765 pour un total de 65 146.MHM se classe ainsi au 7e rang des 19 arrondissements de la Ville de Montréal dans le palmarès des contraventions de stationnement.

À une quarantaine de dollars en moyenne par infraction incluant les frais d’administration (42$), les contrevenants de l’arrondissement pourraient payer jusqu’à 4,1M$ pour l’année en cours.

Des contraventions peu contestées
Pour Alfredo Munoz, fondateur de SOS Ticket, s’il est clair que beaucoup d’arrondissements prévoient des quotas chaque année, les contraventions de stationnement sont d’autant plus sournoises puisque pratiquement personne ne les conteste à la Cour municipale.

«Pour une quarantaine de dollars en moyenne, tu ne vas pas payer 12$ de stationnement et perdre une demi-journée de salaire. Les gens préfèrent ne pas contester», soutient-il.

Même du côté de SOS Ticket, l’organisation ne se préoccupe pas vraiment, encore, de ce type de contraventions. «Même si je reçois beaucoup d’appels pour ce type de constat, ça ne vaut pas vraiment la peine d’engager un avocat et d’aller à la Cour pour contester une contravention de 42$. Cela dit, nous travaillons actuellement à trouver un moyen pour le faire», affirme M. Munoz.

Pour le fondateur de SOS Ticket, les administrations municipales manquent de vision à prévoir un budget pour les contraventions, notamment celles liées au stationnement. «Nous sommes en train de détruire l’économie montréalaise avec ça. Regardez toutes les boutiques qui ferment dans le Plateau Mont-Royal. C’est vraiment une triste mentalité de prévoir à court terme de cette façon», souligne-t-il.

Pour ceux qui aimeraient, par principe, contester les contraventions de stationnement, M. Munoz suggère surtout de prendre le maximum de renseignements au moment où la contravention est émise, de même que des photos pour que le juge puisse prendre une décision éclairée.

(En collaboration avec Steve Caron)

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!