TC Média, Sylvain Gagnon Monique Mounier gère une équipe de 16 intervenants qui, tous les mois, vont dans les foyers offrir un soutien ou une oreille aux familles et aux jeunes.
Dans le cadre de la Semaine des familles d’accueil, qui se déroulait du 20 au 26 octobre, la chef de service des intervenants-ressources dans le sud-ouest de Montréal revient sur leurs besoins de foyers pour les tout-petits, de 0 à 5 ans.

Monique Mounier gère une équipe de 16 intervenants qui, tous les mois, vont dans les foyers offrir un soutien ou une oreille aux familles et aux jeunes.

« Nous nous assurons de la qualité des services rendus aux enfants », dit Mme Mounier.

Au total, 550 familles reçoivent 1100 enfants dans le grand Montréal. Environ une dizaine d’entre elles se trouvent dans Hochelaga-Maisonneuve.

Devenir famille d’accueil

Une personne célibataire, un couple ou une famille peut accueillir un ou plusieurs enfants dont les besoins ne sont plus comblés par ses parents naturels.

Le domicile doit répondre à des normes de sécurité, d’hygiène et de confort.

« Il faut beaucoup croire au potentiel de l’enfant, car ils ont souvent des parcours de vie bien difficiles », dit Mme Mounier.

Une fois la demande faite au Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire (CJM-IU), une rencontre d’information plus poussée à lieu entre la famille et l’équipe d’évaluateurs. Si tout se passe bien, la famille d’accueil reçoit son accréditation et signe un contrat.

« Le processus peut être assez rapide, car nous avons un grand besoin pour recevoir des enfants de 0 à 5 ans, ainsi que des enfants provenant des communautés hispanophones ou arabophones. Il est bon de coller le plus possible à l’histoire de vie des enfants », poursuit Mme Mounier.

 « Les familles doivent faire preuve d’un grand dévouement physique, affectif et intellectuel. Les adultes doivent être des agents mobilisateurs pour ces jeunes, c’est un travail de tous les jours », précise-t-elle.

La durée de placement des jeunes est liée à la situation des parents naturels. Les familles s’engagent pour une durée indéterminée, car il est difficile de savoir quand un jeune pourra réintégrer son milieu naturel.

Plus il a de familles d’accueil, plus les jumelages sont adéquats. Il n’est pas rare, selon la chef de service, que des familles accueillent entre deux et quatre enfants.

La Semaine des familles d’accueil est l’occasion de prendre une pause et de remercier toutes ses familles.

« Sans elles, on ne serait pas capable d’assurer notre mandat de protection des enfants », dit Mme Mounier.

Le 1er novembre, une soirée reconnaissance leur est organisée. Lors de cette soirée, des familles d’accueil depuis 15 ans, 20 ans, 25 ans et même depuis 35 ans seront honorées.

 Information sur les familles d’accueil : 514 356-5435

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!