Isabelle Bergeron/TC Media L'arrondissement a effectué quatre opérations de déneigement, cet hiver, soit une en 2014 et trois en 2015.

Les nombreuses tempêtes hivernales qui se sont abattues sur la métropole ont amené leurs lots de flocons et de verglas. Malgré ce cocktail météorologique, l’arrondissement est satisfait de ses opérations de déneigement et respecte son budget.

Rappelons que l’administration locale a voté un budget de déneigement de 10,9M$ pour l’année 2015, ce qui représente un total de cinq opérations de déneigement.

Après trois chargements de neige cette année, aucun employé n’a fait d’heures supplémentaires et les opérations n’ont pas dépassé les sept jours. Un beau résultat, estime le maire de l’arrondissement, Réal Ménard.

«Nous avons effectué les chargements de la neige plus rapidement, sans devoir les poursuivre la fin de semaine. Nous ne sommes pas plus lents que les années précédentes, malgré les conditions météorologiques», souligne-t-il.

Un hiver plus froid
L’hiver 2014-2015 est plus froid que la moyenne. En effet, juste pour le mois de janvier, la température moyenne à Montréal a été de -11,9 °C alors que la moyenne habituelle est de -9,7 °C.

«On a eu un hiver en deux temps jusqu’ici. En premier lieu, décembre a été plus doux qu’à l’habitude, générant ainsi de la pluie et donc plus de verglas. Ensuite, janvier et février ont été jusqu’ici plus froids que la normale», révèle un météorologue d’Environnement Canada, Simon Legault.

Ces changements constants de température peuvent apporter leur lot de problèmes dans une opération de déneigement. «La fluctuation de température fait une différence. Nous avons un cocktail météorologique hors du commun, cet hiver.

Avec les successions de gel et de dégel, ça rend les opérations de déneigement, comme le déglaçage des trottoirs, plus difficiles et plus coûteuses. Si nous devons épandre du sable à cinq reprises, au lieu d’une seule fois, c’est plus dispendieux», explique le maire.

L’administration locale n’a pas encore vérifié le montant dépensé pour l’hiver 2015. Toutefois, le maire n’est pas inquiet.

«L’arrondissement peut assumer jusqu’à cinq chargements. N’ayant pas payé d’heures supplémentaires, on pourrait surement payer six opérations de chargement, sans problème. Si on doit se rendre à sept, on ira chercher l’argent, que ce soit dans les surplus de 2014 ou dans un autre poste budgétaire. On ne laissera pas la neige s’accumuler et nuire à la sécurité des citoyens, car on n’a plus d’argent dans notre enveloppe budgétaire», indique-t-il.

(En collaboration avec Catherine Bouchard)

Le déneigement c’est:

  • Un budget annuel de 10,9M$;
  • Le troisième plus grand territoire à desservir de l’agglomération, avec 25,4 km2 et le quatrième plus populeux, avec près de 131 500 résidents;
  • 35 écoles à desservir;
  • Plus de 272 km de rues et 464 km de trottoirs à déneiger;
  • Plus de 200 personnes affectées à l’enlèvement de la neige;
  • Plus de 140 équipements roulants assurant l’épandage d’abrasifs, le déblaiement de la chaussée et des trottoirs, le chargement et le transport de la neige.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!