Audrey Gauthier/TC Media De nombreux vélos se font volés, car ils ne sont pas bien attachés, indique Sophie Gagnon de Tandem Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Au cours des deux dernières années, un total de 214 vélos ont été rapportés volés au poste de quartier (PDQ) 23, faisant de Hochelaga-Maisonneuve l’un des territoires où l’on retrouve le plus de ces délits sur l’île de Montréal.

«Le PDQ 23 est l’un des 10 postes [sur 32] où l’on dénombre le plus de vols de bicyclette annuellement», affirme l’agent sociocommunautaire, Pierre Boudreau.
La majorité des vols ont lieu dans les quadrilatères composés des rues Adam, Ontario, Cuvillier et l’avenue Bourbonnière, ainsi que des rues de Rouen, Ontario et des avenues Jeanne-d’Arc et Desjardins.

«Nous avons un grand volume de cyclistes à ces endroits. Ayant une mobilité active de qualité dans le secteur, nous avons malheureusement plus de vols de vélos. Les voleurs vont où il y a le plus d’opportunité», explique Sophie Gagnon, cheffe de service au Centre culturel et sportif de l’Est pour le programme Tandem Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Mais le nombre de vols de vélos divulgué, déjà élevé, ne reflèterait pas la réalité, car plusieurs personnes n’osent pas déclarer le vol. «Si un citoyen vient nous voir à propos d’un vol de bicyclette, nous ne pouvons pas faire de rapport s’il n’a pas une preuve que ce vélo lui appartient. Car, sinon, rien ne nous prouve qu’il est bien à lui», souligne l’agent Boudreau.

De nombreux vélos sont entreposés au PDQ 23, au point où il y en a plusieurs de suspendus à l'extérieur du poste, par manque de place.

De nombreux vélos sont entreposés au PDQ 23, au point où il y en a plusieurs de suspendus à l’extérieur du poste, par manque de place.

Le garage déborde
Les policiers du PDQ 23 prennent possession d’une quinzaine de vélos chaque semaine, qu’ils rapportent au poste de quartier. «Nous nous retrouvons avec une quantité astronomique de vélos dans notre garage. Nous en avons même à l’extérieur, car nous n’avons plus de place dans nos installations», déplore l’agent Boudreau.

En 2014, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a arrêté une cinquantaine de voleurs sévissant dans la métropole. Au total, près de 2000 vols sont rapportés chaque année sur le territoire montréalais.

Projet Numéro
Pour tenter d’enrayer cette problématique, Tandem Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et les PDQ ont intensifié leurs mesures, notamment avec la promotion du projet Numéro. «Nous n’avions pas trouvé d’outils adéquats pour diminuer le nombre de vols. Avec ce projet, qui deviendra un programme éventuellement, nous pensons y arriver», estime l’agent sociocommunautaire.

«Nous voulions trouver des moyens pour sensibiliser la population aux vols de vélo et les protéger contre ces délits», ajoute Mme Gagnon.

Par l’entremise de cliniques gratuites de burinage, l’organisme invite les citoyens à venir graver leur monture. Le numéro est ensuite inscrit dans une base de données centrale du SPVM. Ainsi, si un vélo buriné est retrouvé par des policiers, il est plus facile de l’identifier et de le rapporter à son propriétaire légitime.
«C’est comme une plaque d’immatriculation pour les véhicules routiers», fait valoir l’agent Boudreau.

Les prochaines cliniques auront lieu le 5 août, dès 15h30, au parc Ovila-Pelletier, et le 6 août, dès 18h, au parc Morgan.

Pour obtenir de l’information sur le projet Numéro ou pour faire buriner son vélo, on joint Tandem au 514 254-3155 et au 4375, rue Ontario Est, ou l’agent Boudreau, au 514 280-0423. Pour déclarer le vol de son vélo, on visite le site Web du SPVM au http://www.spvm.qc.ca.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!