Isabelle Bergeron/TC media Les rampes d'accès seront disponibles dès le 17 octobre, devant une quinzaine de commerces de Hochelaga-Maisonneuve.

Deux Montréalais ont décidé de venir en aide aux personnes à mobilité réduite en lançant le projet ACXS et en fournissant gratuitement des rampes d’accès amovibles à une quinzaine de commerçants, tous situés sur les rues Ontario et Sainte-Catherine, à Hochelaga-Maisonneuve.

Une marche de seulement deux pouces devant une entreprise peut devenir un obstacle de taille pour des personnes à mobilité réduite et même pour des familles. S’inspirant d’un projet ontarien, les cofondateurs ont décidé de pallier à la situation et de faire construire des rampes d’accès.

«Des fois, des personnes en fauteuil roulant doivent se faire servir à l’extérieur du magasin, car elles ne peuvent pas y entrer en raison d’une marche. Ce n’est pas vrai que c’est agréable de se faire servir dehors», déplore Valérie Burnet, cofondatrice d’ACXS et chargée de projet à Catapulte, organisme porteur du projet.

Une situation bien connue par Martin Beauregard. Le cofondateur d’ACXS se déplace en fauteuil roulant. Il doit faire des recherches avant d’aller quelque part pour s’assurer que les lieux sont accessibles.

«Je dois appeler mes amis pour qu’ils puissent m’aider à entrer dans des entreprises. Ces marches m’écoeurent», laisse savoir M. Beauregard.

«Ces marches sont comme les pyramides d’Égypte. Nous ne sommes pas capables de les franchir», ajoute Linda Gauthier, présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ).

Pour le lancement, les organisateurs commencent avec une quinzaine d’entreprises.

«Je suis très sensible à l’accessibilité. Comment une personne peut se considérer comme un citoyen à part entière s’il ne peut entrer dans 98% des commerces», lance Raymond Viger, directeur général du Café Graffiti et du Bistro Le Ste-Cath, deux des entreprises participantes à ACXS.

Devant la forte demande et le besoin grandissant, ACXS espère produire 500 rampes, en 2016.

«Nous sommes en discussion avec la Société de développement commerciale Saint-Laurent. Selon l’organisme, 400 commerces entre l’avenue Mont-Royal et la rue Sherbrooke ont une marche à l’entrée. Plusieurs endroits pourraient alors devenir accessibles en peu de temps», souligne M. Beauregard.

Solution temporaire

Pour M. Beauregard et Mme Burnet, le projet n’est pas le moyen idéal pour rendre tous les commerces québécois accessibles universellement.

«Ce n’est qu’une solution temporaire. Elle n’est pas parfaite. Elle n’est notamment pas adaptée à nos hivers», indique Mme Burnet.

Pour les deux organisateurs, ACXS est une façon de se questionner sur les actions à prendre pour permettre aux personnes à mobilité réduite d’accéder à toutes les entreprises.

«Nous voulons sensibiliser la population sur ce que vivent ces personnes. Nous voulons également faire comprendre aux entrepreneurs qu’ils augmenteraient leur clientèle s’ils rendaient accessibles leurs installations», mentionne Mme Burnet.

Le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ), lui, craint que ce type de rampe amovible retarde l’adoption d’une loi pour garantir l’accessibilité universelle.

Les entreprises participantes au projet ACXS

  • Comptant Ontario
  • La pataterie
  • La cervoise
  • Aliments Merci
  • Bric à brac
  • Sport code
  • Fido
  • Terre à soi
  • Cordonnerie Cyr
  • Marché 4751
  • Oiseau bleu
  • Café Graffiti
  • Bistro le Ste Cath
  • Subway
  • Funki Munki

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!