Bien que l’arrondissement Mercier – Hochelaga-Maisonneuve se classe en haut de palmarès du nombre de logements sociaux à Montréal, le Comité BAILS d’Hochelaga-Maisonneuve se dit loin de crier victoire. Si la réalité est belle sur papier, on constate un besoin plus criant sur le terrain.

Tel que le présentait un article d’un quotidien montréalais, l’arrondissement Mercier – Hochelaga-Maisonneuve a vu apparaître sur son territoire des projets de 1722 logements sociaux et communautaires depuis 2002, le plaçant «champion du logement social».

Or, selon Émilie Lecavalier, du comité BAILS, c’est loin de suffire à la demande.

«Si l’on tient compte des centaines de personnes sur les listes d’attente, c’est loin de répondre aux besoins de la population, tant dans Hochelaga-Maisonneuve que dans Mercier. C’est un arrondissement où une grande partie de la population est à faible revenu», fait-elle valoir.

Selon le comité BAILS, plus de 40 % de la population dépense plus de 30 % de son revenu pour se loger.

À Hochelaga-Maisonneuve, 700 logements sociaux ont été bâtis dans le quartier depuis 2002.

Une seule coopérative a vu le jour dans le quartier en neuf ans.

Davantage de coopératives et d’unités ont trouvé place dans le quartier Mercier, dont plus de 450 au Faubourg Contrecœur. C’est en partie ce qui a mené l’arrondissement dans le palmarès du logement social.

La porte-parole reconnaît la difficulté de financer des projets de logement social, mais considère que les élus pourraient faire davantage. Elle suggère d’aller plus loin que la règlementation pour l’inclusion de 15 % de logement social aux projets de 100 unités.

L’arrondissement devrait, selon Mme Lecavalier, réserver des terrains pour la construction de logement sociaux.

Le maire acquiesce
Le maire d’arrondissement Réal Ménard se dit «complètement d’accord avec le communiqué du comité BAILS»

«Je suis très content des chiffres, mais je suis bien conscient que ce n’est pas suffisant. Il y a un déséquilibre entre les condos qui se sont construits et le logement social», reconnaît-il.

S’il n’y a pas davantage de logement social, c’est que «cela dépasse largement le champ d’intervention de l’arrondissement», explique-t-il.

Le maire cite le manque de subvention pour la construction d’Habitations à loyer modique (HLM) et le retrait du programme fédéral Accès logis. Il est aussi difficile de convaincre les entrepreneurs à construire pour du logement social, autrement que par la réglementation déjà en place.

«Je suis d’accord pour la réserve de terrains, je suis d’accord pour la construction de HLM, mais encore faut-il des fonds», affirme-t-il.

Le logement social en chiffres
Selon le Profil des ménages et des logements de la Ville de Montréal 2014, Montréal compte 56 148 logements sociaux et communautaires.

Mercier – Hochelaga-Maisonneuve compte 6 344 Logements sociaux et communautaires, répartis de la façon suivante :

13 269 (23,6%) en coopératives

15 142 (27,0%) en OBNL

21 244 (37,8%) en HLM

6 493 (11,6%) en logements publics non-HLM (abordables)

Mercier- Hochelaga-Maisonneuve serait le 3e arrondissement à en posséder le plus.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!