Isabelle Bergeron L’école Hochelaga a été fermée en 2012. Son service de garde est resté ouvert jusqu’au début 2016.

Situé dans une aile d’une ancienne école condamnée en 2012 à cause de moisissures, le service de garde Hochelaga a dû fermer ses portes à la mi-janvier parce que la Commission scolaire de Montréal y a détecté une trop grande concentration de radon, un gaz cancérigène.

Les enfants ont été relocalisés dans les locaux de l’école secondaire Édouard-Montpetit, établissement qu’ils fréquentaient déjà durant les heures de classe.

«C’est une école vétuste. Il fallait prendre une décision : Est-ce qu’on fait des rénovations ou on relocalise les élèves? Si on faisait une intervention au niveau du radon, il fallait procéder à d’autres réparations de plusieurs dizaines de milliers de dollars», explique Alain Perron, porte-parole de la commission scolaire de Montréal (CSDM).

À la demande de Québec, la CSDM a entrepris en 2013 de tester la concentration de ce gaz cancérigène dans ses établissements. Deux rapports transmis à la commission scolaire à l’été 2014 et à l’été 2015 ont indiqué des concentrations allant de  300 à 500 becquerels par mètre cube (Bq/m3) au service de garde Hochelaga, alors que Santé Canada fixe le seuil acceptable à 200 Bq/m3.

Bien que la CSDM ait été au courant depuis plusieurs mois de la trop forte concentration de radon, ce n’est que le 18 janvier que les élèves ont été transférés.

Selon M. Perron, la commission scolaire a l’obligation légale d’agir dans les deux années suivant la détection du problème. De plus, au service de garde Hochelaga, des parents auraient demandé, malgré la présence de radon, d’y laisser les enfants jusqu’à la prochaine rentrée scolaire, moment où ils seront transférés à la nouvelle école Baril.

Malgré tout, la commission scolaire a opté pour une «solution préventive».

«Dans un soucis de bien faire les choses, quand on a vu la deuxième mesure de radon élevée, on a décidé de sortir les élèves», explique Diane Beaudet, commissaire scolaire dans Hochelaga-Maisonneuve.

À la CSDM, pratiquement toutes les écoles et tous les immeubles excédentaires ont été visités. Les opérations de détection du radon devraient se terminer cette année. Aucune autre situation n’a nécessité la relocalisation des élèves.

Le bâtiment principal de l’école Hochelaga a dû être condamné à cause de la mauvaise qualité de l’air en octobre 2012. Son service de garde, lui, était resté ouvert.

À propos du radon

Le radon est un gaz inodore, incolore et sans goût présent dans le sol. Il peut causer des dommages aux cellules pulmonaires, augmentant ainsi le risque de cancer du poumon, selon la concentration et le temps d’exposition. Les fumeurs exposés à de trop grandes quantités de radon sont les plus à risque.

Le radon peut s’accumuler dans les pièces plus basses ou moins ventilées des bâtiments.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!