Félix O.J. Fournier/TC Media Le restaurant était visité par les squatteurs jusqu'à sa démolition la semaine dernière

Le Restaurant Chez Clo de la rue Ontario, barricadé depuis un incendie suspect en juin 2011, a été rasé en entier la semaine dernière. Le casse-croûte connu dans le quartier pour avoir servi des déjeuners aux itinérants, sera bientôt remplacé par un immeuble de 12 logements locatifs.

La bâtisse, visitée jusqu’à tout récemment par des squatteurs, fera place à un projet accessible pour les résidents du quartier, promet le propriétaire, Stanley Jean.

«Notre entreprise essaie de construire des logements locatifs abordables, on essaie d’éviter des projets luxueux comme on voit un peu partout, mais on va essayer d’y aller quelque chose qui s’adresse à la classe moyenne», explique-t-il.

Il s’agira selon M. Jean de logements pour ceux qui n’ont pas accès aux logements communautaires, mais qui souhaitent rester dans le quartier. Un commerce pourra aussi s’établir au rez-de-chaussée.

Le propriétaire espère terminer les plans sous peu afin de présenter une demande de permis à l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et débuter les travaux en septembre. Le projet a déjà été approuvé par les élus au mois d’avril 2014, après une consultation publique.

ChezClogoogle

Restaurant de quartier
Des résidents des environs gardent de bons souvenirs de l’ambiance conviviale du casse-croûte au look rétro, un incontournable de la rue Ontario pendant 25 ans.

«C’était une place pour tout le monde, c’était bon, les déjeuners, les pâtés chinois, les spaghettis. Les portions étaient généreuses et ce n’était pas cher», se souvient Richard Morin, venu chercher un café au Bobby McGee, voisin de Chez Clo sur la rue Ontario.

La véritable Clo, Claudette Masse, a ouvert le restaurant en 1984 et a fait sa marque dans le quartier en œuvrant auprès des plus pauvres.

«Il y avait beaucoup de pauvreté. Au lieu de jeter des yogourts mal étiquetés, l’entreprise où travaillait mon frère me les donnait et je les servais aux enfants. Il y avait toujours un yogourt inclus, c’est comme ça qu’est venue l’idée de faire des déjeuners gratuits», raconte la retraitée.

Les nostalgiques de Chez Clo peuvent d’ailleurs voir au Bobby McGee quelques reliques du casse-croûte.

«On avait une relation de très bon voisinage,  indique Patrick  Pilon, propriétaire du café. Clo m’a dit de prendre ce que je voulais dans la bâtisse, et j’ai pu récupérer plusieurs pièces encore utilisables avant la démolition.»

M. Pilon a donc rendu hommage à Chez Clo en installant au mur le tableau sur lequel était inscrit le menu de Restaurant, et possède toujours un insigne avec le logo du casse-croûte.

Chez Clo Bobby McGee

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!