Un homme de 48 ans a succombé à ses blessures mercredi après avoir fait une chute du 7e étage un peu avant 10h sur un chantier de la rue Berlioz, à L’Île-des-Soeurs. Il s’agit d’un deuxième accident mortel à l’île cet été, après l’explosion dans un logement de la rue Gaspé.

Simon Touzin, un employé de l’entreprise CDF construction depuis trois ans, était pourtant conscient au moment de son transfert vers un centre de traumatologie à Montréal. Il souffrait de multiples fractures.

La chute se serait produite alors que le maçon aurait enlevé son harnais pour modifier le plancher de madriers de l’échafaud. Après avoir perdu pied, un de ses collègues a tenté de le retenir pendant quelques secondes avant de lâcher prise. La victime à la carrure imposante est tombée d’une vingtaine de mètres.

Secours immédiat
«J’étais chez moi et j’ai entendu un cri de mort. J’ai vu par la fenêtre que les gens en haut de l’échafaud regardaient en bas et que d’autres couraient au sol. J’ai ramassé ma trousse de premiers soins et j’ai traversé la rue», indique l’infirmier auxiliaire et paramédic à la retraite, Sylvain Bédard.

Simon Touzin parlait lorsque celui qui agissait à titre de premier répondait lui prodiguait des soins. «Je pense que c’est la posture dans laquelle il a tombé qui l’a aidé. Il a atterri les jambes au sol et le dos sur les planches, ce qui lui gardait les voies respiratoires ouvertes», estime M. Bédard.

Il a été assisté par le surintendant de l’immeuble qui a accouru quelques instants plus tard. «J’ai tenu les membres du travailleur pendant que le premier répondant le sécurisait. Il parlait d’une voix faible, il disait qu’il avait de la difficulté à respirer», raconte Serge Asselin.

Les pompiers et les paramédics d’Urgences santé ont ensuite pris la relève.

Un autre travailleur dans la quarantaine, témoin de la scène, a également été transporté à l’hôpital pour traiter un état de choc.

Travaux
L’échafaudage sur lequel s’est produit l’accident avait été déplacé mardi, sous la supervision d’un ingénieur externe au chantier qui avait accrédité la structure. Des travaux de réfection sur des cornières rouillées sont effectués depuis cet été sur la tour à condos et doivent se poursuivre l’an prochain.

«C’est une nouvelle terrible, je suis abattu. Hier je parlais avec Simon et aujourd’hui, il n’est plus là. Il y a dû y avoir une fausse manœuvre en haut de l’échafaud», croit le président du Syndicat des copropriétaires de l’immeuble à condos, Patrick Coutelier.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de sécurité du travail (CNESST) a dépêché des enquêteurs sur place.

Depuis cinq ans au Québec, 46 travailleurs ont perdu la vie des suites d’une chute en hauteur. Seulement dans la région de Montréal, six décès de ce type sont survenus au cours de la même période, dont celui d’un travailleur à l’Estacade du pont Champlain, en septembre 2015.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus