TC Media – Catherine Lamothe Maman à la maison, Marie-Pierre Boileau ne pratiquait plus de sports depuis plusieurs années. Prendre part au défi SOS Santé est pour elle une occasion de renouer avec l'activité physique tout en s'impliquant dans une bonne cause.

Maman à la maison, Marie-Pierre Boileau cherchait une façon de renouer avec l’activité physique. Cet automne, l’Insulaire parcourra les quelque 300 kilomètres qui relient Montréal et Québec en moins de deux jours, aux côtés de sept autres femmes motivées à retrouver un mode de vie sain. La course à relais permettra du même souffle d’amasser des fonds pour contrer les maladies infantiles.

Si elle a été attirée par l’aspect sportif du défi, Mme Boileau s’est surtout sentie interpellée par la cause qui y est associée, soit la Fondation des étoiles qui soutient la recherche pédiatrique. «J’ai un petit frère de 15 ans qui a souffert d’un cancer de la gorge à l’âge de 9 ans. Je suis aussi maman de deux jeunes enfants, donc ça me touche beaucoup», explique-t-elle d’emblée.

Rassemblant près d’une centaine de participants répartis en petites équipes, le Défi SOS Santé est piloté par l’animatrice Chantal Lacroix. Mme Boileau y participera aux côtés de Mères-veilleuses, un regroupement qui a pour objectif de prendre soin de la santé mentale des femmes par le sport.

«On va partager un véhicule récréatif et faire à tour des rôles des sorties de 5 kilomètres de course», précise l’Insulaire. Au total, chacune courra environ 40 kilomètres entre le Stade olympique et les plaines d’Abraham.

Dépassement de soi

Il s’agit d’un dépassement de soi important pour Mme Boileau, qui ne pratiquait plus de sport depuis la naissance de son aînée. «Maintenant, je me lève à 5h45 tous les matins de semaine et je vais m’entraîner en salle pendant une heure. Ça me permet de prendre du temps uniquement pour moi et ça me donne plein d’énergie pour débuter ma journée avec les enfants», explique-t-elle.

Avec son mari, elle souhaite transmettre à leurs enfants l’importance de faire de l’activité physique. «C’est bien de pouvoir leur donner l’exemple, de leur montrer que le sport, c’est au quotidien et pas seulement les fins de semaine quand on fait une sortie plein-air en famille», assure l’Insulaire.

Chaque équipe inscrite au défi est suivie par un entraîneur professionnel. Les participants s’entraînent toutefois de façon autonome, en salle, à l’extérieur ou à la maison.

Financement
Tous les participants doivent amasser un minimum de 2600$. De ce montant, 500$ ira à la Fondation des étoiles. L’argent restant servira à l’organisation du défi.

Marie-Pierre Boileau a déjà organisé une première collecte de fonds au IGA Louise Ménard de L’Île-des-Sœurs au début mars. Elle prendra également part à des activités de financement de plus grande ampleur, comme un quille-o-thon, avec les autres membres de son équipe.

«Si j’amasse plus que mon objectif, ce sont des sous de plus pour la fondation», précise-t-elle.

Ces activités, combinées aux périodes d’entraînement, prennent beaucoup de temps et demandent une certaine discipline, admet Marie-Pierre Boileau. Elle estime toutefois que les efforts en valent la peine.

«Arriver à Québec avec mon équipe, après 30 heures de défi et quarante kilomètres de course, ce sera certainement chargé en émotion», croit-elle.

Le moment venu, elle pourra compter sur le soutien et les encouragements de son époux et de ses enfants, qui l’attendront certainement fièrement à la ligne d’arrivée.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!