TC Media - Archives Grâce à la générosité des paroissiens et des Sœurs de la congrégation Notre-Dame, la paroisse Sainte-Marguerite-Bourgeoys pourra subvenir à ses besoins jusqu'au moins 2018 en comblant son manque à gagner de plus de 100 000 $.

La situation financière s’améliore à Sainte-Marguerite-Bourgeoys. La paroisse de L’Île-des-Sœurs a amassé 117 000 $ depuis février, un somme qui permet aux marguillers d’éponger le déficit, d’enlever l’accent sur les factures et de se concentrer sur les activités dédiées aux familles.

«Le but d’une église, ce n’est pas d’amasser du financement ou de monnayer ses services. Mais on avait besoin d’aide pour passer à travers les prochains mois», illustre la marguillère, Isabelle Adjahi.

En plus d’un don de 50 000$ reçu des Sœurs de la congrégation Notre-Dame, 67 000$ ont été récoltés via une dîme spéciale. Celle-ci avait été proposée lors de l’assemblée du 5 février, en guise de solution au manque à gagner de plus de 100 000$ engendré par des dépenses imprévues, notamment de nombreux remplacements de prêtres, des travaux d’urgence et d’autres exceptionnelles, dont l’électricité.

La majorité des paroissiens ont répondu à l’appel. «L’Île-des-Sœurs, c’est une communauté très forte. Je pense que les gens ont compris que ce n’était pas un caprice. Ils donnaient ce qu’ils voulaient, s’ils le souhaitaient. Il n’y avait pas de petit montant», explique Mme Adjahi.

L’argent amassé servira notamment à payer le chauffage et l’électricité de l’église, ainsi que les salaires. «On voulait aussi avoir des fonds supplémentaires de côté pour les urgences, compte tenu de l’âge de la bâtisse», ajoute-t-elle.

La campagne de financement extraordinaire se poursuit jusqu’à la fin mai.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus