TC Media- Sophie Poisson Une sortie d'école jugée dangereuse à l'intersection de la rue Berlioz et du boulevard René-Lévesque.

Une présence policière a été accrue au croisement de la rue Berlioz et du boulevard René-Lévesque depuis l’accident impliquant un garçon de neuf ans, il y a trois semaines. Toutefois, le feu de circulation sera installé à cette intersection comme prévu à la fin juin alors que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) manque de données pour y affecter un brigadier.

L’intersection en face de la station-service Esso, surnommée par les Insulaires le «carrefour des hésitations», est jugée très dangereuse par ceux qui l’empruntent chaque jour. Certains automobilistes auraient notamment tendance à accélérer à l’approche de la sortie de L’Île-des-Sœurs.

«C’est sûr que j’attends plus longtemps pour traverser et que je m’assure d’avoir un contact visuel avec chacun des conducteurs, explique Sophie Buu, maman de deux bambins qui vont à la garderie Peekaboo. Je prends bien la main des enfants et je fais en sorte qu’ils ne courent pas.»

Le SPVM a mené plusieurs opérations où des dizaines de contraventions ont été distribuées pour sécuriser la zone.

Échéancier respecté
Si Verdun s’est engagé à installer un feu de circulation au printemps, l’accident où un élève a été heurté par une voiture n’accélèrera pas le processus.

«Il y a plusieurs éléments à prendre en compte. L’installation prend un certain temps, la température et l’arrimage entre les services peuvent aussi avoir un impact sur les délais», soutient la conseillère, Marie-Ève Brunet.

Des améliorations sont toutefois en cours pour assurer une meilleure circulation. L’arrondissement a la responsabilité de l’aménagement urbain, mais Mme Brunet croit que la sécurité est aussi une question de comportement. Les distractions des automobilistes et des cyclistes doivent être évitées afin de protéger les piétons, plus vulnérables.

Mme Buu déplore tout de même l’installation tardive de la nouvelle signalisation. «Ce sera la fin des classes, alors je trouve ça un peu dommage», se plaint-elle.

Pas de brigadier
«À la suite de l’accident, aucun parent ne laisse son enfant traverser tout seul à cette intersection», constate la maman. Mais le SPVM ferme la porte à instaurer un brigadier.

L’étude menée à trois reprises fait dire au commandant Jean Chartrand que l’intersection ne remplit pas plusieurs critères. «Outre le nombre d’élèves qui marchent seuls, l’analyse inclut notamment le nombre de véhicules en circulation et leur vitesse, la largeur de la rue et la signalisation en place», détaille-t-il.

Autre problème: la Ville limite le nombre de brigadiers par arrondissement. Verdun en compte 26, dont 3 à L’Île-des-Sœurs. Pour placer un brigadier au coin de Berlioz et René-Lévesque signifierait de l’enlever ailleurs où la situation peut être plus dangereuse ou peut concerner davantage d’enfants.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!