Un service de triporteur débarque à L’Île-des-Sœurs. Aucun chiffre officiel n’est encore divulgué, mais les aînés de la résidence Ambiance parlent d’une très belle initiative que le Groupe Maurice pense sérieusement reconduire pour une seconde édition. Jusqu’au 27 août, le projet Un vélo une ville propose des balades par des étudiants.

«Je trouve que c’est une très bonne idée et que c’est extrêmement pratique pour les gens qui marchent peu, insiste la résidante de la maison de retraite Ambiance, Rachel Descombes. Ça permet d’aller faire ses courses ou tout simplement de prendre l’air.»

Le mode de transport peut accueillir deux adultes ou un adulte et deux enfants, car il n’est plus réservé aux aînés même s’ils en sont les utilisateurs principaux. D’ailleurs, l’espace à bord permet d’embarquer les marchettes pliables et des sacs peuvent se ranger dans le coffre situé sous le siège des passagers.

«L’objectif est de briser l’isolement des aînés, qui est un problème croissant dans les grosses municipalités comme Montréal», souligne le directeur général d’Un vélo une ville, Richard Turgeon.

Échange
Le contact intergénérationnel est favorisé avec les deux jeunes conducteurs du triporteur de L’Île-des-Sœurs. À 16 ans, Maréva Del Pino apprécie la rencontre avec des aînés pour varier du soutien scolaire qu’elle propose aux jeunes via l’organisme Toujours ensemble.

«Que ce soit Maréva ou Serge, les deux sont charmants et on rigole beaucoup. Ils attendent patiemment devant la résidence. Ainsi, même quand on n’utilise pas le service, on discute avec eux», raconte le mari de Rachel âgé de 75 ans, Jean-Michel Descombes.

Sur le ton de la plaisanterie, il a proposé à la jeune conductrice, qui réside sur la terre ferme, de lui faire découvrir un peu plus l’Île, notamment les jardins communautaires avec sa grande montée.

«Au début, j’étais vraiment timide et je connaissais mal le parcours, reconnaît Maréva. Maintenant, j’aime vraiment ça et je parle de tout avec les gens. Certains sont des habitués et on fait comme un suivi d’une semaine sur l’autre.»

Avec le temps aussi, les Insulaires commencent à comprendre le fonctionnement du projet. Le service gratuit est disponible sur réservation à l’accueil ou de manière plus spontanée, devant l’entrée de la bâtisse ou sur la route s’il est libre.

De 8h30 à 11h30 puis de 12h30 à 16h30, les triporteurs circulent sur l’île tous les jours jusqu’au 27 août.

50 000$
Après deux ans de négociations avec l’arrondissement pour implanter Un vélo une ville à Verdun, le projet a finalement vu le jour grâce à l’aide d’un commanditaire privé, Le Groupe Maurice.

Le gestionnaire de complexes pour retraités a déboursé 50 000 $ pour instaurer le service de triporteur à L’Île-des-Sœurs, mais aussi dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Ahuntsic-Cartierville ainsi que dans les villes de Sherbrooke et Gatineau.

«On entend beaucoup de commentaires positifs de la part des aînés et ç’a même fait des jaloux dans d’autres résidences du Groupe. On trouve que c’est un projet fabuleux qui devrait croître dans les prochaines années», souligne la porte-parole du Groupe Maurice, Julie Crevier.

Le directeur général d’Un vélo une ville, Richard Turgeon, espère que L’Île-des-Sœurs sera perçue comme un projet pilote. Ses statistiques et son taux de satisfaction seront transmis à l’arrondissement pour l’inviter à faire partie du projet l’an prochain.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!