Les bénévoles qui ont participé à la première saison du projet collectif d’agriculture urbaine «Demain L’Île-des-Sœurs» se sont réunis le 30 septembre sur la Pointe-Nord pour une récolte collective. C’était l’occasion de saluer le travail mené par la trentaine d’Insulaires qui ont répondu à l’appel des quatre fondateurs et d’annoncer les nouveautés attendues pour la seconde saison.

«Ce qui m’a marqué, c’est quand on venait faire les travaux de désherbage et d’arrosage, entre autres. Les gens nous disaient merci et ils venaient à notre rencontre, rapporte l’une des fondatrices, Ginette Petit. Ça, ça a été notre cadeau, d’autant plus que ça a fait boule de neige et a amené des gens à faire de la cueillette d’herbes.»

Pour mener les actions du collectif encore plus loin, les fondateurs ont décidé de se regrouper avec d’autres entités telles que la Maison de l’environnement de Verdun, qui gère l’aspect financier. Son animateur, François Lacroix, est intervenu pendant la journée pour animer un atelier d’hôtel à insectes. Il a ainsi pu démontrer l’intérêt de la structure et enseigner les techniques pour en construire un à la maison.

«Un hôtel à insectes tout seul ne sert à rien, il est toujours recommandé de le mettre dans un jardin. Un excellent exemple est celui-ci, avec des herbes odorantes pour attirer les pollinisateurs. J’aime le comparer au complexe Évolo avec, à ses pieds, le restaurant les Enfants terribles. C’est le même principe. Il y a une place pour se reposer et une autre pour manger», explique M. Lacroix.

Avenir
«Demain L’Île-des-Sœurs» pourrait faire son apparition à différents endroits à l’île, comme le centre intergénérationnel La Station et la place de l’Unité.

«On va aider pour trouver des bénévoles, affirme le membre du Collectif de l’unité, Mourad Bendjennet. On va aussi proposer un projet d’aménagement de la place pour la mettre davantage en valeur. On a même pensé à planter un arbre symbolique, comme un olivier, car cette place de l’Unité manque un peu d’amour.»

L’école primaire des Marguerite pourrait être le troisième lieu investi. L’idée serait alors de planter des semences à la fin de l’année et de faire une cueillette de citrouilles à l’automne, en même temps qu’Halloween.

Le projet collectif d’agriculture urbaine devrait recevoir l’appui de l’arrondissement pour obtenir de nouvelles terres à travers l’île. La députée Isabelle Melançon a également offert une contribution financière pour l’achat de nouveaux plans.

«Cette année, on s’en est tenus aux fines herbes parce que ça s’entretient bien. Mais l’an prochain, on prévoit des tomates, des concombres, des citrouilles, ainsi que des framboisiers», dévoile une autre fondatrice, Louise Poulin.

Elle invite tous les résidents à se servir et à s’impliquer dans l’entretien. Elle prévoit de s’assurer qu’un organisme puisse recueillir le reste de la récolte si les Insulaires ne la cueillent pas.

Pour plus d’infos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!