Gracieuseté - Daphne Caron Hélène Denis lira à haute voix des extraits de livres sur Montréal aux Insulaires lors de la Semaine des bibliothèques publiques.

Les Insulaires sont invités le 24 octobre à 19h à se rendre à la bibliothèque de L’Île-des-Sœurs pour assister à la lecture publique de l’animatrice radio et lectrice professionnelle, Hélène Denis. À l’occasion de la Semaine des bibliothèques publiques, elle lira des extraits d’une dizaine de livres de différents styles littéraires et invitera l’audience à partager ensuite ses propres lectures en lien avec la thématique retenue, Montréal.

Qu’est-ce qui vous a amenée à participer à cette journée?
C’est l’amour des livres, de la lecture, de la littérature, mon intérêt pour la bibliothèque et pour les gens, avec le désir de communiquer toutes ces passions. Le but de cette lecture publique est de faire connaître des auteurs, des livres et célébrer la métropole puisque j’anime «Montréal à haute voix». C’est aussi de donner aux gens le goût de revenir à la bibliothèque, de découvrir tous les trésors qui sont à leur portée et d’utiliser ses services. Les gens qui y travaillent aiment généralement partager leurs connaissances et aident ceux qui les fréquentent à trouver le livre qui va les combler. J’aime me trouver dans une bibliothèque, car je trouve que ça m’apaise et ça m’enrichit.

Comment va se dérouler votre lecture publique?
Je propose des lectures à haute voix d’extraits de livres choisis à l’avance. Ça peut être des essais, des recueils de poèmes, des romans ou des nouvelles. Il y aura notamment «Les douze coups de théâtre» de Michel Tremblay et «Le plongeur» de Stéphane Larue. J’essaie de trouver des extraits où Montréal est bien présente avec ses rues et son paysage, pour qu’on sente bien que la métropole est un personnage principal.
Je commence toujours par une petite présentation du contexte, de l’auteur, puis je lis l’extrait. Je propose aux gens de fermer les yeux pour être concentrés sur les mots qu’ils vont entendre et profiter du moment présent. Je les invite à faire le vide, parce que ce n’est pas nécessairement évident pour des adultes de se faire raconter des histoires de cette manière. J’essaie de trouver des extraits assez captivants avec un début, un milieu, et parfois une fin ouverte pour que les gens aient le goût d’emprunter le livre.
À un moment donné, je mets des chansons pour que les gens puissent reprendre leur souffle, qu’ils continuent à rêver autrement et qu’ils gardent un intérêt du début à la fin.

Avez-vous fait des découvertes en préparant cette lecture publique?
J’ai fait plein de découvertes, comme un bouquin sur l’histoire de Jeanne Mance, qui a cofondé Montréal. J’en connaissais déjà un peu sur elle, mais ça m’en a appris davantage. J’ai découvert une auteure qui s’appelle Marie Hélène Poitras, et un autre ouvrage qui raconte des anecdotes de Salons du livre.

Est-ce que les livres que vous présenterez sont disponibles à la bibliothèque?
Oui. Après l’activité, si les gens veulent regarder le livre plus en profondeur et s’ils veulent l’emprunter, il sera disponible. À la toute fin, s’ils veulent parler d’autres livres ou faire des suggestions, je suis toujours intéressée à les entendre.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!