La professeure d’art Lili Changizian, a présenté ses œuvres le week-end dernier dans la salle de réception des Verrières IV. Sa fille Cherazade, qui habite à l’île depuis quatre ans, a fait importer d’Iran une vingtaine d’aquarelles de petits formats, une douzaine de peintures à l’huile ainsi que trois objets enjolivés.

Résidente de 70 ans de Téhéran, Lili Changizian est l’une des rares artistes à avoir obtenu l’accréditation pour reproduire les œuvres du palais royal, transformé aujourd’hui en musée, parce que ses toiles sont faites à des fins d’études et non pas pour la vente.

En 2007, son travail l’a ainsi amené à se tourner vers le tableau La fin de la journée de Jules Breton, acheté par Napoléon pour 10 000 francs. Il est d’autant plus apprécié que l’original produit en 1865 est catalogué comme étant disparu.

L’exposition a été organisée par la petite-fille de l’artiste, Tina Khadivi, dans le cadre de sa participation au concours Miss World Canada afin de récolter des fonds pour la Fondation Rêves d’enfants.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!