Courtoisie Ergogrip a présenté son chariot alimentaire thermoélectrique bi-température en avril dernier, une nouvelle technologie unique au pays. Sur la photo, l'on retrouve l'un des trois modèles fabriqués.

L’entreprise Ergogrip, ayant pignon sur rue à L’Île-des-Sœurs, a lancé sur le marché son chariot alimentaire thermoélectrique, une technologie unique au Canada.

Le chariot alimentaire, avec lequel on sert les repas aux patients, notamment dans les hôpitaux, est désuet. «Ce chariot ne permettait pas de conserver la chaleur des repas. Les gens, situés aux derniers étages, mangeaient alors tiède. Depuis quelques années, les hôpitaux l’ont remplacé par un modèle fabriqué en Italie. Celui-ci garde la chaleur et, grâce à un compresseur, permet aussi de mettre au froid les aliments. Cependant, ce modèle est plus dispendieux puisqu’il s’utilise avec une prise de 208 volts», explique la présidente d’Ergogrip, Sarah Hubert-Lévy.

Les trois différents modèles imaginés par Ergogrip sont inspirés de la technologie européenne, mais possèdent de nombreuses améliorations, dont l’absence de compresseur ou de gaz réfrigérant. Selon l’entreprise, cette qualité engendre des économies et respecte l’environnement. De plus, le chariot thermoélectrique bi-température peut conserver la chaleur ou la fraîcheur des repas en étant tout simplement branché à une prise électrique standard de 120 volts.

«Cette façon de faire permet d’économiser environ 33% quant à la consommation en électricité», affirme Mme Hubert-Lévy.

La firme travaille sur ce projet depuis 2010 et l’a présenté au dernier colloque-exposition San-Tech de l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), en avril dernier. Selon la présidente d’Ergogrip, le projet a attiré l’attention des exposants. L’entreprise proposera sa nouvelle technologie comme projet-pilote dans quelques établissements, principalement des CHSLD.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus