Selon Claudine Bonneau, professeure au département de management et technologie à l’École des Sciences de la gestion de l’UQAM, les façons de communiquer entre nous ont grandement changé depuis les dernières décennies.

«Nos lieux de rencontre ont beaucoup changé», affirme-t-elle, expliquant que les cercles sociaux traditionnels de proximité, tel que la famille, les voisins et les collègues de travail se sont modifiés. Dans les années 50, on partageait le même cercle d’amis que ses frères et sœurs, nous dit-elle. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. «La société s’est individualisée».

Selon l’experte, nos cercles sociaux sont désormais formés par nos intérêts, nos activités. «Il y a encore des liens sociaux et communautaires, mais maintenant, ça ne se limite plus seulement au voisinage. Forcément, on a moins de temps et d’occasions de se rencontrer entre voisins», affirme-t-elle.

La doctorante explique que les usagers n’ont plus les mêmes relations avec les réseaux sociaux et sont devenus plus avertis. «Les gens s’éduquent au fur et à mesure et la connaissance des risques et des bénéfices n’est pas la même qu’il y a cinq ans», décrit-elle.

Mme Bonneau souligne que ce n’est pas uniquement Internet qui a bouleversé notre façon de côtoyer notre voisinage. «Les relations ont changé même depuis l’arrivée du téléphone», soutient la professeure. Les cellules familiales ont muté, les travailleurs passent plus de temps à l’emploi, etc.

«Pour que les citoyens contribuent, il faut avoir une motivation. On est sollicité de toutes parts.» Elle conseille aux deux entrepreneurs de CirQles d’animer la plateforme afin de rendre cela intéressant aux résidents.

Créatrice de liens

Chantal Dauray, conseillère en communication pour l’organisme Voisins Solidaires, est habituée de créer des liens, surtout dans le voisinage. «On connaît nos amis Facebook, mais connait-on nos voisins d’à-côté», se questionne la spécialiste, qui prétend que certaines habiletés sociales – d’aller cogner spontanément chez le voisin, par exemple – se sont perdues.

«On ne peut que saluer cette initiative», dit Mme Dauray. Pour elle, la promotion et la création de liens dans le voisinage est salutaire et elle pense que ces initiatives sont nécessaires. «Nous avons besoin de contacts et nous (Voisins Solidaires) incitons toujours les gens à briser la glace.»

Elle rappelle que la Fête des Voisins, qui se tient le 7 juin à travers le Québec, est une merveilleuse occasion de rencontrer et échanger entre voisins.

Que recherchez-vous lorsque vous vous abonnez à des réseaux sociaux? Écrivez-nous à : redaction_lemagazineids@tc.tc

À lire également :

Créer des liens entre voisins

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus