(Photo courtoisie) De gauche à droite: Jacques Gendron, courtier immobilier chez Groupe Sutton-Clodem, Fang Yu, propriétaire du Restaurant Cuisine Xiang, Gilles Leclerc initiateur et organisateur des "Midis français".

Ils sont une dizaine toutes les semaines à se déplacer et à partager avec d’autres la langue de Molière à Verdun. Les Midis français offrent un espace d’échanges et de connaissance pour une population en demande.

«J’ai débuté ces ateliers après une discussion avec un ami chinois. Il me félicitait de vouloir apprendre le mandarin, mais il me signalait le besoin de la communauté chinoise à vouloir apprendre le français par nécessité», explique Gilles Leclerc, animateur et créateur des ateliers Midis français.

Dès lors, il lui paraissait évident de faire quelque chose pour les nouveaux arrivants, mais aussi pour ceux qui ont des lacunes et des difficultés de compréhension. C’est donc chaque dimanche que les participants se rencontrent, de 13h à 15h, au restaurant Cuisine Xiang, situé au 4424, rue Wellington, à Verdun.

Au menu, une conférence donnée par un bénévole qui présente son métier: la formation nécessaire, les qualités requises et les tâches qui lui incombent. Le but est d’offrir aux participants un vocabulaire plus approprié et de leur faire connaître les possibilités qui pourraient s’offrir à eux pour une bonne intégration à la société québécoise.

«Il y a quelque temps, c’était un courtier immobilier, Jacques Gendron, mais nous avons eu aussi une coiffeuse et un préposé aux bénéficiaires. Il s’est créé un échange très enrichissant entre les conférenciers et les participants», dit l’initiateur du projet.

Le deuxième volet est une mise à disposition d’informations concernant des sujets quotidiens tels que l’énonciation des ressources locales pour leur venir en aide ou, comme il en a été question cette semaine, la rédaction d’un curriculum vitae adapté au besoin des employeurs de la province.

«Tout se fait de façon très amical. Nous avons toujours une période de questions par la suite où chacun peut interagir avec les autres et ainsi en découvrir encore plus», insiste Gilles Leclerc.

Des rencontres informelles sans prétention

«Je n’ai ni la volonté ni la prétention de vouloir apprendre le français à nos participants, mais plutôt, par l’intermédiaire de nos intervenants, de leur fournir des outils, un vocabulaire et des mots pour leur en faciliter l’approche», déclare l’animateur des ateliers. «L’ignorance ne paie pas. Je suis donc très heureux de pouvoir redistribuer quelques connaissances qui pourraient, dans le temps, faire la différence».

Ces ateliers sont aussi l’occasion de perfectionner sa compréhension des expressions québécoises qui se présentent au quotidien. «Notre langue, ici au Québec, est empreinte d’un passé et d’expressions souvent difficiles à décoder pour celui qui est là depuis peu. Il faut donc lui donner des pistes pour mieux l’appréhender», souligne Gilles Leclerc.

Les ateliers ne semblent pas désemplir. Il est donc recommandé de contacter l’animateur afin de pouvoir y participer. «Nos résultats semblent à la hauteur de la rapidité avec laquelle l’information se propage. Nous ne pouvons accueillir plus de 15 personnes, il faut donc nous contacter auparavant», conclut M. Leclerc.

Une réservation est donc nécessaire par courriel à midisfrancais@hotmail.com.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!