(Audrey Clément-Robert/TC Media) Le terrain sur lequel la phase II du projet RIVA devait être construite est toujours vacant.

Le Groupe Canvar tarde à concrétiser la phase deux de son projet immobilier RIVA sur le chemin du Golf à L’Île-des-Sœurs. Pourtant, la deuxième tour à condos devait être construite en 2013. Entretemps, les entreprises qui occupent les espaces industriels avoisinants appelés à disparaître, attendent toujours d’être évincées.

Le promoteur fait pression sur l’arrondissement de Verdun pour être en mesure d’entamer les travaux de cette tour de 120 logements locatifs répartis sur 10 étages. Des négociations entre les urbanistes de Canvar et ceux de la ville sont en cours.

«C’est difficile à régler. Nous n’avons pas de dates précises pour le début des travaux, mais on espère commencer avant la fin décembre. Ce retard n’était pas prévu et l’on espère que cela va s’arranger bientôt», précise Alex Kestenbaum, vice-président des finances de Canvar.

Les discussions porteraient sur le zonage, le tracé d’une piste cyclable et la construction d’un parc.
«À ce jour, aucune demande de permis n’a été déposée pour la phase deux, ni aucune demande formelle de modification réglementaire», explique l’arrondissement.

Précisons que lors de la construction de la phase un, en 2012, l’Unité permanente anticorruption (UPAC) avait noté des irrégularités concernant le stationnement de l’immeuble de huit étages. Contrairement aux plans initiaux, il n’était pas souterrain.

Attente
Le projet RIVA initial comptait sept immeubles haut de gamme le long de la rive ouest de l’île. Pour ce faire, Canvar devait démolir cinq bâtisses industrielles à proximité. Certaines entreprises qui y logent ignorent quand elles devront déménager.

«On respecte tous les baux et il n’y a pas de raison de faire une lettre d’expropriation. Ça va prendre des années pour bâtir les sept tours», explique M. Kestenbaum.

La propriétaire de la Galerie des Sœurs, Ankara Bonamy, est inquiète. Les loyers ailleurs à L’Île-des-Sœurs sont très coûteux. «J’ai un bail de cinq ans, mais je ne sais pas quand ils vont détruire ces bâtisses. Les gens me demandent toujours quand je vais devoir déménager et je ne le sais pas, c’est tannant.»

Le propriétaire de Housebound, Yang Zhao, renouvelle quant à lui son bail annuellement. Selon lui, la nouvelle construction ne verra pas le jour avant l’été prochain. «Canvar nous ont dit que [notre] bâtisse ne sera peut-être pas détruite s’ils trouvent le moyen de mettre la terre du chantier ailleurs.»

Même son de cloche chez Renaissance. «Je sais que cela ne se fera pas dans l’immédiat. Toutefois, beaucoup de résidents de l’île m’en parlent souvent», commente Thomas Friscourt.

Les entrepreneurs expliquent les retards dans la construction par les commentaires négatifs sur la phase un. Après deux ans, la première tour à appartements n’est louée qu’à 90%. Canvar attendrait que tout soit occupé avant d’entreprendre les travaux de la seconde phase.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!