capture d'écran Googl street view Les lampadaires de type «phare» comme celui-ci causent la grogne chez certains insulaires.

Les lampadaires du boulevard de L’Île-des-Sœurs servant à éclairer les pistes cyclables, seront bientôt allumés. Dans le but d’assurer la sécurité des enfants de l’école primaire IDS II qui doivent rentrer à la maison à la noirceur à ce temps-ci de l’année, le maire de l’arrondissement, Jean-François Parenteau, a décidé qu’il n’allait pas attendre l’avis complet de la Direction de la santé publique (DSP).

Le rapport au sujet du danger des lumières DEL sur la santé devait être rendu cet automne. La DSP l’a cependant reporté, principalement en raison du déversement des eaux usées dans le fleuve St-Laurent.

Un avis sommaire remis au cours des derniers jours a convaincu le maire Parenteau d’aller de l’avant avec l’éclairage. «Selon le rapport, ce type de lumière est moins dommageable que les écrans de téléphone cellulaire ou d’ordinateurs, entre autres», a-t-il affirmé lors du dernier conseil d’arrondissement le 1er décembre.

Pollution lumineuse
Cette décision a grandement surpris plusieurs insulaires demeurant dans le secteur. Ceux-ci s’inquiètent quand même de la puissance des lumières, dont la puissance de près de 5000 lumens est habituellement réservées pour de grandes artères, comme une autoroute.

Ils critiquent aussi le rayonnement des lampadaires. Selon M. Tessier, seulement 4% de la lumière est dirigée vers le sol. La balance des rayons fait de la pollution lumineuse vers le ciel, ou vers les maisons avoisinantes.

Pour moi, cette décision est un scandale. Ils n’ont pas à ouvrir ces lumières encombrantes. Ils pourraient simplement installer de petites bornes peu coûteuses en attendant», croit Bernard Tessier, qui avait demandé à l’arrondissement un avis de la DSP à ce sujet.

L’arrondissement argumente cependant que c’est en fait 70% des lumens qui servent à illuminer la piste.

Pour ce qui est de l’installation de bornes, ils seraient inefficaces. «L’utilisation de bornes ne permettrait pas d’offrir un éclairage adéquat. Ce dispositif lumineux de faible hauteur ne permettrait pas une distribution régulière de l’éclairage», affirme Honorine Youmbissi, chargée de communication à l’arrondissement de Verdun.

Les arguments de M. Tessier, dont la fenêtre de chambre est située directement en face d’un des lampadaires, n’ont pas trouvé écho du côté du maire.

«Vous n’avez qu’à vous acheter un rideau. Entre éclairer quelques maisons et la sécurité des enfants, ne me demandez pas la réponse, vous ne l’aimerez pas», a-t-il tranché.

Installés en septembre dernier au coût de 225 000$, les lampadaires des pistes cyclables du boulevard de L’Île-des-Sœurs étaient demeurés éteints jusqu’ici. Au moment d’écrire ces lignes, l’arrondissement ne pouvait confirmer la date exacte de l’ouverture des lumières.

Aussi dans Actualités :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!