Après avoir goûté à l’argent, en 2012, lors des Olympiques de Londres, le Dorvalois Brent Lakatos en voulait plus. Après quatre ans d’efforts, il s’envolera vers Rio, cette fois favori pour l’or aux épreuves du 100m et du 400m T53 de course en fauteuil roulant.

« Après Londres, je ne croyais pas pouvoir aller plus vite, mais je veux toujours être le meilleur à ce que je fais. J’ai donc effectué des changements drastiques à mon équipement et à mon entraînement afin d’atteindre mon objectif, soit la première marche du podium », raconte l’athlète, qui a perdu l’usage de ses jambes dans un accident de patinage alors qu’il n’avait que six ans.

Depuis sa dernière performance paralympique, il a conquis plus d’un podium. Tout récemment, il s’est mérité l’or aux Jeux parapanaméricains au 100m, 400m, et même au 800m T53. Bien qu’il sache foncièrement que Paralympiques Canada s’attend à ce qu’il continue sa ruée vers l’or, il admet ne pas ressentir tant de pression pour les compétitions à Rio.

« Lors des derniers Olympiques, je voulais une médaille à tout prix. Maintenant, j’ai mis tellement d’efforts pour me rendre au niveau où je me trouve que je suis plus calme, je profite plus du moment, je suis plus confiant », commente-t-il.

Ces efforts continus l’ont d’ailleurs mené à améliorer sa marque personnelle annuellement.
Brent Lakatos ajoute qu’il profitera de son séjour au Brésil pour visiter le nec plus ultra des chaises de courses, conçues par l’équipe BMW pour l’équipe américaine. Complètement moulée au corps des athlètes, cette nouveauté pourrait valoir jusqu’à 50 000 $, alors que la chaise du Dorvalois lui a coûté un peu moins de 15 000$.

« C’est excitant, ça avance notre sport. En même temps, je suis très conscient que ce seront ces gars-là contre qui je vais courser », souligne-t-il avec un petit rire nerveux.

Mieux à deux
L’homme de 36 ans, qui a trouvé l’amour auprès de Stefanie Reid, membre de l’équipe paralympique britannique, avoue que la compétition fait partie de son quotidien.

« Ma femme et moi, on a un petit défi, parmi tant d’autres. Celui qui n’arrive plus à extraire de pâte à dent du tube perd. Une fois, elle a même pris les ciseaux et gratté tout ce qu’il restait à l’intérieur pour ne pas s’avouer vaincue », confie-t-il en riant.

Les deux athlètes ont d’ailleurs décidé ensemble de participer aux Jeux de 2016, alors qu’ils avaient tous deux obtenu des médailles quatre ans plus tôt.

« Nous n’en avons pas discuté longtemps. On pensait tous les deux prendre notre retraite après Londres, mais on ne pouvait arrêter si près du but », ajoute-t-il.

Après Rio, le couple n’entend toujours pas prendre sa retraite. Les Championnats du monde de 2017 auront lieu dans les installations olympiques britanniques et tous les deux ont l’intention d’y participer.

« C’est un peu un rêve, de revenir ensemble couronné champion où on s’est rencontrés », admet l’athlète.

D’ici là, Brent Lakatos se prépare pour ses compétitions les 8 et 9 septembre aux Paralympiques de Rio.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!