TC Media- Vicky Michaud Entre autres tâches, la brigade verte, qui vient de recevoir le Mérite civique de Lachine, entretient le sentier des Saints-Anges ainsi que les plates-bandes en face de l'école et fait les corvées de feuilles d'automne.

La communauté de l’école du Jardin-des-Saints-Anges ont une conscience environnementale qui dépasse la moyenne, au point d’être récompensée. Rassemblés dans le gymnase, élèves et enseignants ont reçu mardi le prix du Mérite civique, décerné dans le cadre du gala annuel Au fil de l’excellence de l’arrondissement de Lachine.

Un long soupir d’admiration s’est fait entendre lorsque le maire Claude Dauphin s’est présenté devant les enfants qui le rencontraient pour la première fois. « Nous sommes extrêmement fiers de votre exploit et vous félicitons pour la conscientisation environnementale dont vous faites preuve », a-t-il déclaré en remettant le prix en forme de gouttelette d’eau.

La brigade verte du Jardins-des-Saints-Anges s’était démarquée tout comme les athlètes et citoyens de la cuvée 2016 qui recevront leur reconnaissance lors du gala dimanche.

« La brigade a permis de mobiliser des enseignants, des enfants ainsi que leurs familles. D’un petit projet qui visait à améliorer le milieu des enfants, c’est devenu une sorte de mode de vie qui s’est perpétué dans la nouvelle année scolaire », fait observer la directrice de l’école, Isabelle Doucet.

Apports durables
À travers ce programme, les élèves devaient veiller à la propreté de la cour d’école et des espaces communs alors que d’autres se chargeaient de l’entretien des plates-bandes.

« Je vois encore des enfants, qui étaient brigadiers l’an passé, ramasser des déchets dans la cour, parce que c’est devenu un réflexe et qu’ils apprécient maintenant avoir une cour propre », raconte la directrice.

L’établissement s’est aussi équipé de bacs à compost pour recycler les déchets de table et ils ont même démarré, grâce à l’aide du Groupe de recherche appliqué en macroécologie (GRAME) et d’étudiants de l’Université Concordia, une petite entreprise de jardinage urbain.

« Tous ces changements ont réellement affecté les enfants. Ils sont revenus en septembre et m’ont immédiatement demandé quand ils pourraient recommencer le compost. Certains nous ont même rapporté leurs restes de table du souper de la veille, tellement ils étaient enthousiastes », se rappelle Mme Doucet avec un sourire en coin.

Le compost qu’ils produisent sert à engraisser les plates-bandes et les pousses. Le surplus, qu’ils vendent en sac au coût de 2$, sert à subventionner les achats de la brigade, comme les truelles et les pelles.

Surprise
« Personne ne le savait, je les avais tous réunis sous de faux prétextes, admet la directrice. Les trois autres professeurs qui avaient emboîté le pas de Jean-François Pelletier, l’instigateur du projet, étaient ici aussi et ils ont tous eu la surprise en même temps. »

Après son succès l’an passé, la brigade verte, qui se voulait temporaire, a fait boule de neige. Elle s’est maintenant installée de façon permanente au service de garde de l’école. Son éducatrice s’est fait remettre les rênes du projet. Les bonnes habitudes que les enfants ont prises sont aujourd’hui bien enracinées.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus