À la veille des sélections pour les championnats provinciaux dont Gymnitours sera l’hôte à l’école Dalbé-Viau, tous les espoirs sont permis. Seize athlètes du club de gymnastique artistique et de tumbling-trampoline de Lachine se sont déjà démarqués lors de la compétition provinciale sur invitation Équilibrix.

« Plusieurs ont gravi les plus hautes marches du podium. Les jeunes ont tellement bien performé que nous avons remporté la deuxième place, ex aequo, pour nos résultats combinés » décrit la directrice générale du club, Katrine Benoît.

Entres autres, Raphaëlle Gagnon s’est hissée au troisième rang pour l’ensemble de sa performance, Maïa Barrette a eu la 1ère place chez les 5 ans et Emma-Jane Sossoyan, en plus de finir deuxième chez les 6 ans, a remporté le prix « Miss Wow » accordé à la meilleure routine.

« Nous sommes vraiment très excitées de ces résultats, d’autant plus que les sélections pour les championnats provinciaux arrivent à grands pas et nous avons quelques prospects sur l’équipe », continue Mme Benoît.

Près de 450 jeunes athlètes sont attendus lors de la première des trois phases de sélection qui se tiendra à Lachine du 26 au 28 novembre. En tout, 80 seront retenus pour représenter le district à la compétition provinciale.

Progression
Beaucoup d’efforts ont été mis sur une nouvelle cohorte au cours des quatre dernières années. Le club, qui avait été dirigé pendant 26 ans par l’entraîneure Anne Dostie, a dû rebâtir son équipe après la retraite de celle-ci.

« Malgré ma Maîtrise en gestion des organisations, je n’avais pas l’expérience que Mme Dostie détenait, admet Katrine Benoît, qui avait occupé plusieurs autres postes au sein de l’équipe au cours des 14 années précédentes. Lorsque j’ai été nommée, je me sentais définitivement intimidée par les accomplissements de ma prédécesseure. »

Quelque 400 filles et garçons forment maintenant le club de gymnastique qui a été établi en 1986. Bien que ce ne soit qu’un petit club, Katrine Benoît est confiante que Gymnitours peut continuer à grandir.

« Ça prend plusieurs années à élever des athlètes au niveau où elles ont performé et nous n’avons clairement pas les mêmes moyens que d’autres clubs, mais cela ne nous arrête pas », soutient Mme Benoît.

En plus de ses préoccupations quotidiennes, elle a dû conjuguer l’an dernier avec un déménagement qui a coûté près de 80 000$ à l’organisme. L’arrondissement de Lachine, qui partage l’utilisation des installations sportives du Collège Sainte-Anne, n’est pas parvenu à préserver le local dans lequel Gymnitours s’était installé.

« Nous sommes maintenant partagés entre le centre communautaire Albert-Gariepy et le Collège. Nous avons dû démonter l’une des plus belles palestres au Québec, détruire de l’équipement et le recycler. Notre plus grand local a quand même 150 m2 de moins », se désole-t-elle.

Malgré cela, Mme Benoît est parvenue à réaménager l’espace qui lui est alloué et à obtenir les résultats impressionnants de la semaine précédente. Elle espère que la construction d’un centre sportif à Lachine pourrait procurer à Gymnitours un domicile plus permanent.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus