TC Media/Archives Le spectacle interactif Parole d'or, silence d'argent vise à porter une réflexion sur les abus que peuvent subir les personnes âgées.

Avec plus de 400 cas de maltraitance envers des aînés rapportés au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) l’an dernier, les policiers veulent lutter contre cette problématique et utilisent le théâtre pour y arriver. Des mises en scène seront présentées aux personnes âgées de Lachine et des environs afin de les informer et les sensibiliser.

La pièce de théâtre Parole d’or, silence d’argent de la troupe Parminou sera offerte à l’Entrepôt le 14 septembre, afin de mettre en lumière les différentes situations de maltraitance, qu’elle soit psychologique, physique, sexuelle ou financière.

«Ils peuvent réaliser à travers les émotions des acteurs qu’ils vivent de la maltraitance explique Carlota Santos, l’agente sociocommunautaire au poste de quartier (PDQ) 8. C’est plus ludique et moins ciblé qu’une rencontre d’informations et puisque c’est dans le noir, c’est aussi plus anonyme.»

Un panel d’experts, formé notamment du SPVM, du CAVAC et du CIUSSS, répondra aux questions des participants par la suite. En plus de kiosques, des professionnels seront sur place pour intervenir, au besoin.

«Certains aînés seront sûrement ébranlés et voudront se confier. Parfois, ça leur donne le courage nécessaire pour mettre des mots sur ce qu’ils vivent. Ça les libère énormément», remarque Mme Santos.

Dénoncer
Les aînés ne sont pas portés à dénoncer, selon un portait réalisé par le SPVM. «Dans la plupart des cas, les abuseurs sont des membres de la famille. Il y a donc beaucoup de chantage émotif. Par exemple, ils leur diront qu’ils seront privés de voir leurs petits-enfants. Cette peur de la solitude empêche beaucoup d’aînés de parler», explique Mme Santos.

En plus des policiers, les intervenants communautaires et institutionnels doivent garder l’œil ouvert et être à l’affût des signes. «Lorsqu’il y a négligence, on peut voir par exemple que les vêtements des aînés sont trop grands pour eux, souvent parce que la famille ne veut pas diminuer l’héritage.»

Depuis 2016, le SPVM traite tous les cas de maltraitance, de nature criminelle ou non. Un rapport d’incident est rédigé même si la personne ne veut pas porter plainte. Avec leur consentement, les victimes sont prises en charge.

Portrait
Sans toutefois fournir de données, l’agente sociocommunautaire estime que la situation est bien présente à Lachine. «On est très occupé. On garde toujours les yeux et les oreilles ouverts lorsqu’on agit auprès d’un aîné.»

L’arrondissement compte plus de 5000 personnes âgées de 65 à 79 ans, soit 12% de sa population. Les 80 ans et plus, qui représentent quant à eux 6% des citoyens, regroupent plus de 2 500 personnes, selon Montréal en statistiques.

«Plusieurs habitent dans des résidences pour personnes aînées. Il y en a aussi qui résident à domicile, c’est un défi pour nous de les rejoindre», soutient la policière.

Début juin, les agents du PDQ 8 ont effectué du porte-à-porte pour prendre un échantillon, en collaboration avec la Table des 50 ans et plus, afin de rejoindre les personnes isolées et de leur transmettre de l’information sur  les ressources qui s’offrent à elles.

Parole d’or, silence d’argent, 14 septembre, à 13h30, à l’Entrepôt. Entrée gratuite. Inscription: Carlota Santos, 514 280-0058. Transport offert au besoin.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!