TC Media / Denis Germain Robert Piché était aux commandes d'un Airbus A330 d'Air Transat pour une dernière envolée le 12 octobre.

Le ciel était d’un bleu radieux. Pas un nuage, aucune bourrasque de vent. Une météo parfaite pour cette journée bien spéciale du commandant Robert Piché, qui a décollé à 16h20, jeudi, pour son «vrai» dernier vol à bord d’un Airbus A330 d’Air Transat. Au bénéfice de sa fondation, le légendaire pilote a fait un aller-retour Montréal-Québec pour être accueilli à l’atterrissage par les jets d’eau de deux autopompes des pompiers de Montréal pour saluer l’occasion.
Ce vol a mis un terme à 45 ans de carrière et 20 000 heures de vol, notamment marquée par l’atterrissage d’urgence réussi du 24 août 2001, à la base de Lajès, aux Açores, alors que l’appareil avait une panne des deux moteurs. Il s’agissait d’un des plus longs vols planés de l’histoire de l’aviation.
Quelque 400 ont pris part au dernier tour de piste de Robert Piché, dont la majorité avait payé jusqu’à 1000$ pour être de la trop courte, mais combien symbolique envolée. Vedettes, gens d’affaires, donateurs, amis, membres de sa famille et simple curieux, ils étaient nombreux à ne vouloir manquer pour rien au monde ce moment historique.

Il est radieux et content. Il a, avec raison, le sentiment du devoir accompli. Il a non seulement sauvé la vie de 306 passagers, incluant la sienne, aux Açores, mais il continue par son œuvre d’en sauver d’autres. Sa vie est incroyable.» – Michel Côté

C’était le cas de Michel Côté qui l’a incarné dans le film «Piché, entre ciel et terre» et son épouse Véronique Leflaguais, l’animateur féru d’aviation Paul Houde, l’ancien chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, l’ex-patineur de vitesse Marc Gagnon et l’animateur Jean-Marie Lapointe. Même quelque 200 personnes s’étaient placées sur une liste d’attente, au cas où il y aurait un désistement.

Générosité
Fidèle à son habitude, Robert Piché a fait preuve d’une grande générosité. Une fois en altitude, l’homme originaire de Mont-Joli a cédé les commandes du vol TS003 à son copilote pour aller remercier personnellement chacun des passagers.
«Comme beaucoup de gens qui participent à cette envolée, il s’est lui aussi repris en main. Il est un exemple pour plusieurs. Il a eu un comportement héroïque lors de son fameux atterrissage, mais c’est plus que ça. On est ici pour l’homme», a commenté Gilles Duceppe.
L’ambiance était festive, décontractée et conviviale. Même la colorée Sœur Angèle a poussé la chansonnette sur l’interphone, entonnant une joyeuse version d’O Sole Mio.

Mot de la fin
Le 1er octobre, M. Piché avait effectué une dernière liaison commerciale entre Montréal et Rome pour Air Transat, à l’aube de ses 65 ans qu’il fêtera en novembre, l’âge limite au Canada pour piloter un avion. Jeudi, il s’agissait du «vrai» dernier vol aux commandes d’un Airbus. Il était heureux d’accrocher ses ailes, usé par les décalages horaires et les contraintes du métier.
«Je suis content que ça soit fini, a déclaré le commandant Piché, alors que la soirée-bénéfice qui a suivi le vol allait bon train. Je passe le flambeau aux jeunes. Ça va sûrement prendre un peu de temps avant de réaliser que je suis véritablement à la retraite, mais selon mon docteur, j’ai un cœur très en santé ce qui me permettra de vivre encore bien longtemps.»
Il espère avoir amassé jusqu’à 150 000$ au profit de sa fondation dont la mission est d’aider les centres de thérapie en dépendances à l’alcoolisme et à la toxicomanie.

C’est un nouveau pan de sa vie qui commence. Je lui souhaite de rencontrer le plus grand nombre de gens écorchés par la vie. En 45 ans de carrière, je n’ai jamais rencontré une personne qui donne autant de courage et d’espoir à des gens qui n’en ont plus», fait valoir pour sa part Paul Houde.

Robert Piché compte maintenant donner des conférences, passer du temps en famille et voyager, mais cette fois comme touriste.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!