Felix O. J. Fournier/Archives TC Media Claude Dauphin

L’enquête de l’ancien maire de Lachine, Claude Dauphin, est terminée. L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a fermé le dossier et aucune accusation ne sera portée contre celui qui avait été associé au scandale des compteurs d’eau qui a secoué l’administration Tremblay au milieu des années 2000.

L’analyse du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a révélé une absence de preuves suffisantes pour déposer des accusations.

«On peut maintenant tourner la page» – Claude Dauphin, ex-maire de Lachine

Des perquisitions avaient été effectuées au domicile de l’ex-maire ainsi qu’à l’hôtel de ville de l’arrondissement Lachine en juillet 2015. Les policiers étaient alors à la recherche de documents pouvant le lier à la corruption.

Le projet Fronde vise à démontrer que des firmes d’ingénierie et des élus se seraient partagé des contrats publics en échange de financement politique et de ristournes. Le contrat des compteurs d’eau avait été octroyé à GÉNIeau, un consortium composé de Simard-Beaudry et de la firme d’ingénierie Dessau, en 2007.

Dauphin avait été ciblé par l’enquête après avoir remplacé Frank Zampino à la présidence du comité exécutif de Montréal.

«Je confirme que l’enquête criminelle pour abus de confiance appelée Fronde est fermée définitivement», a écrit Jean-Michel Masse, enquêteur de la Sûreté du Québec dans un courriel adressé à l’avocat de M. Dauphin.

L’an dernier, l’ancienne conseillère Francine Sénécal a également été blanchie, faute de preuves.

Si l’affaire est close en ce qui concerne ces deux ex-élus de l’ancien parti Union Montréal, d’autres suspects sont toujours sous enquête par l’UPAC.

Séquelles
M. Dauphin est soulagé. «Je dois avouer, malgré tout, que ces trois années d’enquête ont fait du dommage à mon image politique», confie-t-il, précisant que les retombées médiatiques ont laissé des cicatrices.

Même s’il dit n’avoir rien à se reprocher, «il n’y a jamais de fumée sans feu, on le sait bien», ajoute l’ex-maire.

Il aurait aimé que l’enquête se termine plus tôt, au moins avant les dernières élections. Selon lui, les soupçons ont eu un impact direct sur l’opinion publique et incidemment, sur les résultats des dernières élections municipales.

Dauphin a perdu son siège en novembre 2017 après quatre mandats consécutifs.

L’UPAC s’est refusé à tout commentaire, tout comme l’actuelle mairesse de Lachine, Maja Vodanovic.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!