Journal Messager Lachine & Dorval - Olivier Croteau Carine Maltais a pu vivre Noël normalement grâce à sa marraine qui lui a fait don de l’un de ses reins.

Depuis déjà plusieurs années, les campagnes de don d’organe misent sur l’importance de sauver des vies. La Lachinoise Carine Maltais peut remercier sa marraine qui vient de lui faire le plus beau cadeau de Noël: un rein. La transplantation de la semaine dernière a été un succès.

La jeune femme de 29 ans croyait devoir faire de la dialyse à vie. L’an dernier, Carine était diagnostiquée d’un syndrome de Goodpasture. Cette insuffisance rénale, qui l’empêchait d’uriner, avait atteint ses deux reins et ses chances de survie reposaient sur un donneur potentiel.

En août, pour son anniversaire, sa marraine Diane lui annonçait avoir pris la décision de passer les tests pour savoir si elle était compatible. Les démarches étaient laborieuses, mais la dame de 48 ans était déterminée.

«L’idée a commencé à tourner dans ma tête à partir du moment où j’ai appris que Carine était éligible à une transplantation. Ce n’est pas une décision qu’on prend à la légère. Mais après plusieurs discussions avec mes proches, je savais que je devais le faire. Peu importe ce que ça impliquerait», partage la donneuse.

Elle a dû subir des analyses sanguines, des scans des échographies pour déterminer l’état de ses reins. C’est à l’aide d’une simple note où était inscrit «nous sommes compatibles» que Diane Maltais a fait la surprise à sa filleule en septembre.

Nouvelle vie

Carine Maltais a avoué avoir craint l’opération. «Il y a toujours des chances que le rein soit rejeté ou bien qu’on ne se réveille pas à la suite de l’anesthésie générale. Et je pensais surtout à ma marraine, dans tout ça», raconte-t-elle.

Lors de la chirurgie qui a duré près de huit heures le 18 décembre, les médecins ont confirmé que son corps a immédiatement accepté le nouvel organe. Dès le lendemain de l’opération, Carine disait déjà se sentir mieux.

Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens. Elle m’a tout simplement sauvé la vie», partage-t-elle avec émotion.

La dernière année avait été difficile pour la famille de la jeune mère de deux enfants. Les traitements de dialyse quotidiens avaient diminué sa qualité de vie et l’avaient empêchée d’effectuer des tâches simples notamment en raison d’un cathéter installé dans son abdomen.

Don d’organe

Aujourd’hui, Carine comprend l’importance de signer sa carte d’assurance-maladie pour un éventuel don d’organe.

«Les gens devraient tous accepter. Vos dons pourraient sauver vos proches, amis et familles. C’est de l’art ce qu’ils ont fait. Je suis prête à entreprendre ma nouvelle vie. Tout ça grâce à ma marraine, mon ange gardien», a-t-elle conclu.

Carine devra rencontrer une nutritionniste afin d’adapter son alimentation à sa nouvelle condition. Elle devra limiter ses consommations de sodium et de potassium, qui sont des minéraux dommageables pour les reins.

Après un court séjour à l’hôpital, elle continuera sa convalescence à la maison, après avoir célébré le temps des Fêtes en famille.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!